Après nos différentes visites dans le nord du Bénin, nous avons pris la route pour atteindre le Moyen-Bénin, où nous avons fait deux étapes très différentes : la 1ère dans la région des collines et la 2ème à Abomey, l’ancienne capitale royale du royaume de Dahomey (c’était le nom du Bénin avant qu’il ne soit nommé Bénin après l’indépendance).

Pause nature dans les collines

Nous nous sommes arrêtés deux jours au centre CPN Les papillons, qui est un centre rattaché à l’association française CPN (Connaître et Protéger la Nature) et qui est situé dans la région dite des collines, au centre du Bénin. Le centre a été créé et est toujours géré par des Béninois des villages de Kamaté et Shakaloké, situés juste à côté du centre. Il a pour but de permettre aux habitants de cette région de vivre de façon correcte sans compromettre les chances des générations futures de profiter à leur tour de cette belle région. Léandre, le gérant du site, nous a accueilli et nous a présenté l’ensemble des actions du centre, entre autres :

  • La sensibilisation des plus jeunes directement dans les écoles, via des partenariats avec les écoles des environs : les enfants viennent au centre participer à des activités, et des intervenants peuvent venir dans les écoles pour mener des projets.
  • L’amélioration des conditions de vie des villages voisins avec la construction de réservoirs d’eau de pluie pour chaque maison (lors de la saison sèche, il y a toujours pénurie d’eau), l’installation de WC dans les écoles (car non, il n’y en avait pas…), et la création de jardins familiaux pour réaliser du maraîchage dans les villages.
  • La réalisation d’une émission de radio par mois sur un thème donné (l’eau, les déchets, l’hygiène…), diffusée sur la radio locale dans 3 langues différentes.
  • Le développement de l’écotourisme: le centre possède 5 chambres doubles et deux dortoirs, et propose des activités de découvertes de la nature et de la vie locale avec des guides qualifiés.

On a trouvé toutes ces initiatives super intéressantes, et il y en a encore pleins d’autres !

Nous avons donc passé 2 jours au vert, et nous en avons profité pour faire trois visites : la première dans les collines, où nous avons pu admirer la vue et observer les restes de cases datant du XIXème et XXème siècle, preuve de l’occupation des collines par les béninois notamment en temps de guerre. La deuxième balade était dans le village, à la découverte des activités du village et des traditions vaudous. La dernière balade était sur le thème de l’agriculture, nous nous sommes baladés dans les champs et nous en avons plus appris sur les types de culture, l’organisation des champs, etc.

Vue sur la région depuis l'une des nombreuses collines
A l'assaut des collines !
A l'assaut des collines !
Un village était établi en haut de cette colline : ces drôles de forme dans le sol, c'est le résultat d'années de concassage de graines en tout genre pour en faire de la farine.
Un réservoir pour l'eau de pluie construit avec le CPN.
Le forage du village, qui permet d'approvisionner le village en eau une bonne partie de l'année.
La pharmacie du village ! Au Bénin, les médicaments traditionnels à base de plantes sont encore très utilisés.
Le forgeron
Le forgeron
Un arbre à calebasse : les calebasses sont très utilisées au Bénin pour faire des récipients, des instruments de musiques, des objets en tout genre.
Accueil chaleureux dans le village : les enfants adorent poser pour les photos ! Car ils savent qu'après, les voyageurs vont leur envoyer les photos imprimées !
Il y a même toute la famille qui pose !
Une fresque pour sensibiliser sur l'importance de l'eau, réalisée par deux artistes français et par notre guide du CPN !
Visite dans les champs autour du CPN
On a même eu une initiation au maniement de la houe pour désherber une parcelle : et bien, c'est pas facile !

Conseils aux voyageurs :

On vous recommande vivement cette pause nature ! C’était un des endroits les plus agréables où nous nous sommes arrêtés au Bénin. Le joli bungalow coûtait 8000 FCFA pour 2, le petit-déjeuner 1500 FCFA et les repas 2500 FCFA. Nous avons mangé sur le centre pour tous les repas, c’est varié, copieux et très bon (et il n’y a pas grand-chose d’autre dans le coin^^). Pour les contacter : cpnlespapillons@yahoo.fr ou +229 97 32 00 95. On vous conseille de réserver un peu en avance car ils n’ont pas beaucoup de chambres.

Les visites/activités coûtent 6000 FCFA pour 2 personnes, le prix dépend du nombre de personnes. Nous avons eu 2 guides différents : Bach le 1er jour, qu’on a trouvé vraiment très intéressant (même si la lenteur peut déconcerter au début !), et Felix le 2ème jour, avec lequel on a moins accroché (il allait trop vite et ne savait pas répondre à nos questions). A votre arrivée, Léandre vous expliquera les différentes visites et activités proposées.

Pour aller au centre CPN, il faut rejoindre Dassa (beaucoup de bus y passent) puis prendre un zem jusqu’au centre (une douzaine de km). Le trajet en zem coûte 1000 à 1500 FCFA par personne.

De Dassa, pour aller à Abomey, nous avons pris un taxi-brousse jusqu’à Bohicon pour 1500 FCFA /personne, puis deux zems pour rejoindre notre hôtel à Abomey (14 km) pour 800 FCFA / personne.

Abomey, capitale royale … et poussiéreuse

Abomey était un des lieux dont on avait le plus entendu parler : ancienne capitale du royaume de Dahomey, abritant les palais royaux de quatorze rois qui se sont succédé sur le trône, Abomey promettait d’être une étape importante du voyage. Mais nous en avons été très déçus !

Nous avons d’abord été très bien accueillis par Tata Edith, qui tient une petite auberge familiale au nord de la ville. Nous avons passé une journée à visiter la ville : nous avons commencé par aller voir un temple vaudou et un couvent pour les apprentis prêtres de la religion vaudou (on n’a pas vraiment compris les explications du guide donc on ne va pas s’aventurer dans des détails qu’on ne maîtrise pas !). Le temple vaudou était encore en construction et le couvent n’était pas accessible car un des rois d’Abomey était mort le mois dernier et des rituels (interdits au public) étaient en cours dans le couvent. Le couvent datant des années 90, il n’avait de toute façon pas un charme fou…

Puis nous avons visité le marché, animé comme toujours, ça c’était sympa. Nous avons pu continuer notre collection de pagnes ! Nous avons également visité le musée des palais royaux, dans lequel on peut entrer dans deux palais restaurés. Le site est classé à l’UNESCO, ce qui est souvent un gage de qualité. Les deux palais sont plutôt bien restaurés, mais le guide qui nous a fait la visite n’était pas très compréhensible et faisait de nombreuses erreurs. Une jeune touriste française d’origine béninoise qui faisait la visite avec nous l’a corrigé à plusieurs reprises ! Nous sommes aussi allés voir des ateliers de séchage d’ananas, mais ils n’étaient pas en activité durant quelques jours et on ne pouvait accéder qu’à la boutique souvenir. Voilà, c’est pour toutes ces raisons que le charme n’a pas opéré, et qu’Abomey ne restera pas une étape incontournable de notre voyage !

Le couvent
Une fresque du couvent, représentant une procession rituelle.
Le temple vaudou... voilà voilà !
A la boutique des ateliers de séchage d'ananas : à part des ananas séchés, on peut aussi acheter des confitures et des jus à base d'ananas.
L'igname pilé, on en a entendu parler durant tout notre voyage : c'est un des plats préférés de nombreux Béninois. Il est composé d'une pâte à base de farine d'igname avec de la sauce aux cacahuètes. Nous on a bien aimé, mais on n'ira pas jusqu'à dire que c'est notre plat préféré...

Conseils aux voyageurs :

Le meilleur conseil qu’on puisse vous donner, c’est sur l’hébergement : nous étions logés chez Tata Edith, au nord de la ville (+229 66 58 36 24). C’est le meilleur accueil qu’on ait eu au Bénin ! Tata Edith est très démonstrative, enjouée et s’assure que tout se passe bien pour toute sa maisonnée et ses clients. Les chambres sont simples, propres, et le seul inconvénient est qu’il n’y a pas d’eau courante : il y a un grand bac d’eau dans la salle de bain pour une bonne douche au seau ! Chaque chambre a sa petite terrasse privée, et il y a une grande paillotte sous laquelle on prend les repas en commun avec les autres voyageurs, c’est très convivial. La nourriture est excellente. Une chambre double coûte 7000 FCFA, le petit-déjeuner 1000-1500 FCFA et le dîner 2500-3000 FCFA. Le seul petit bémol, ce sont les visites que les enfants et neveux d’Edith vous suggèrent avec un discours un peu trop rôdé : c’est avec un neveu qu’on est allés voir le temple vaudou et le couvent, et on en a été déçus (et ça nous a coûté 8000 FCFA : 4000 pour l’aller-retour en moto, 2000 pour l’entrée sur le site, 2000 pour le neveu qui faisait office de guide…).

Le musée des palais royaux coûte 2500 FCFA (1500 pour le musée + 1000 de taxe touristique pour la ville…) par personne pour une visite guidée d’environ 45min.

Les ateliers de séchage d’ananas sont situés près de la place en triangle à l’est de la ville, où se trouve la grande statue du roi Béhanzin. Le jus d’ananas qui y est vendu est très bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *