A peine arrivés au Bénin, nous avons traversé le pays du sud au nord (les journées de bus nous avaient manqué ^^) pour rejoindre la 1ère étape de notre voyage : le parc de la Pendjari.

Petite présentation du parc

Le Parc de la Pendjari est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est situé tout au nord du Bénin, à la frontière avec le Burkina Faso. C’est le parc le plus important d’Afrique de l’Ouest, et même s’il n’abrite pas autant d’espèces d’animaux que les parcs plus connus d’Afrique de l’Est, il vaut quand même largement le détour !

On peut observer dans le parc des félins (lions, guépards, léopards), des éléphants, des buffles, des singes, des reptiles (du crocodile au caméléon), des hippopotames, au moins 5 espèces d’antilopes différentes et des dizaines d’espèces d’oiseaux. Par rapport aux parcs d’Afrique de l’Est, les grands absents sont les zèbres, les girafes et les rhinocéros. Mais cela ne nous a pas empêché de profiter de 2 journées d’émerveillement permanent, notamment grâce à notre guide, Noël, qui pouvait repérer des animaux à des centaines de mètres de là et qui nous a expliqué plein de choses sur la faune et la flore observées, et aussi car c’était notre premier safari.

Bienvenue au parc de la Pendjari !
Sur les pistes d'animaux sauvages... !
Bien installés sur le toit de notre 4*4 (on a oublié le concept de sécurité routière durant ce voyage!)

La saison des pluies

Nous étions dans le parc à la saison des pluies qui dure de mai à octobre dans le Nord du Bénin. Certaines pistes étaient donc coupées car inondées. Cela n’a pas empêché notre guide de nous faire traverser certaines pistes bien sous l’eau ! A cause des fortes précipitations cette année, il a été décidé de fermer le parc du 1er août au 15 octobre cette année. Ca n’était pas arrivé que le parc ferme depuis plusieurs années. Nous avons eu énormément de chance car nous avions réservé notre visite du parc du 30 juillet au 1er août ! L’avantage de la saison des pluies, c’est que les paysages sont très verdoyants, et pas du tout brûlés comme ils le sont en début d’année. De plus, les températures sont relativement douces (pas plus de 30°C), ce qui est agréable quand on passe la journée sur le toit d’un 4*4 ! L’inconvénient de la saison des pluies, c’est qu’il peut pleuvoir (eh oui !) et que les herbes hautes cachent les animaux qui sont donc plus difficilement observables. De plus, la multiplication de petites mares dispersent les animaux : en saison sèche, tous les animaux se regroupent autour des quelques mares du parc pour s’abreuver, il est alors très facile de les voir. En saison des pluies, l’eau est abondante et présente partout dans le parc, plus personne ne se fatigue pour aller aux mares ! On a apparemment eu beaucoup de chance car on a pu voir en 2 jours autant d’animaux qu’on peut en voir habituellement en saison sèche. Sachant qu’un parc naturel n’est pas un zoo et qu’on n’est jamais assurés de voir des animaux : un bon guide mettra toutes les chances de votre côté mais ne pourra pas faire apparaître un lion !

Maintenant qu’on vous a mis l’eau à la bouche, voici les photos !

Et on commence avec les antilopes ! On en a vu des centaines (des milliers?!) en 2 jours. Les plus courantes sont les "cobes de buffon" (celles sur la photo).
Je vous avais dit qu'on en voyait beaucoup !
Une autre espèce d'antilopes : les antilopes-cheval.
Un chacal
Une... termitière ! Il y en a partout dans le parc, et c'est assez piège car de loin, on les confond toujours avec des animaux ^^
Les 1ers éléphants rencontrés ! On dirait même qu'ils nous saluent 😉
Un vieil éléphant mâle solitaire croisé de bon matin (ça valait le coup de se lever à 5h30 du matin!)
Un éléphanteau, croisé avec toute sa famille en fin d'après-midi
Et voici la famille !
Un buffle
En mode 4*4-pirogue : là, tu es content d'avoir un guide qui connaît le terrain comme sa poche !
Et voici notre 1er lion ! C'est un lionceau plus exactement, Simba quoi ! 😉
Et le copain de Simba : Pumba le phacochère !
Les hippopotames ! Oui il faut avoir l'oeil, ils passent leur vie dans les mares et ça n'est pas évident de les voir hors de l'eau...
Un guépard qu'on a observé pendant près d'une heure, espérant qu'il se mette à chasser les antilopes qu'il observait...
Mais il a finalement changé d'avis !
Saurez-vous trouver le crocodile qui bronze sur cette photo ? 😉
Un caméléon (c'est tout petit!)
Un babouin
Et du côté des oiseaux : un Jabiru du Sénégal
Un Calao à bec rouge : vous aurez reconnu Zazu, l'oiseau du Roi Lion !
Un Franciscain
Un martin chasseur du Sénégal (oui ne nous demandez pas pourquoi, mais beaucoup d'oiseaux dans le parc béninois venaient du Sénégal^^)

Conseils aux voyageurs :

Si vous comptez venir au parc de la Pendjari entre août et octobre, renseignez-vous avant auprès du parc ou de votre guide s’il sera bien ouvert !

Comme guide, nous avons choisi Noël Nabogou (sur Facebook : Nabogou Noël – Guide Benin, téléphone : +229 97 35 59 79). On le recommande vivement ! Il parle très bien français, son 4*4 est plutôt confortable et il le nettoie tous les jours, il est sympa, souriant, intéressant et surtout c’est le guide numéro 1 du parc ! Eh oui, tous les guides accrédités du parc ont reçu une formation au mois de mai dernier, et ont ensuite passé des tests pour être validés. Noël a obtenu la 1ère place, et elle nous a parue bien méritée ! On l’a payé 75 000 FCFA par jour (60 000 FCFA pour ses services, et 15 000 FCFA pour le 4*4 et l’essence). Vous pouvez aussi contacter le gestionnaire du parc (African Park) pour avoir la liste des guides recommandés : celle-ci est affichée à l’entrée du parc, mais normalement à ce moment-là, on a déjà son guide !

L’entrée au parc coûte 10 000 FCFA/pers pour 24h, 20 000 FCFA pour 48h. Le plus souvent, on arrive au parc le midi et on en repart vers midi également. Il faut aussi payer l’entrée du 4*4 (3 000 FCFA). Ce qui coûte le plus cher, ce sont les hébergements : il n’y a que deux choix, le Pendjari hôtel, pas cher mais avec des critiques très négatives, et le Pendjari Lodge, beaucoup plus cher mais de meilleure qualité. On a choisi le Pendjari Lodge, où la nuit coûte quand même 52 000 FCFA en basse saison. Le cadre est magnifique, les « tentes » sont bien aménagées mais l’eau des douches est toujours froide (comme partout au Bénin, mais on espérait qu’à ce prix-là, on aurait enfin de l’eau chaude !), le Wi-Fi n’a pas fonctionné lors de notre séjour, et on passe finalement bien plus de temps à parcourir le parc qu’à profiter de notre jolie terrasse. Bref, en terme de rapport qualité-prix, pas sûrs que le Pendjari Lodge soit le meilleur plan, surtout si vous ne restez que 24h dans le parc : on a profité de notre terrasse le 2ème jour, et on a pris le petit-déjeuner avec vue sur le parc le 2ème matin (le 1er matin, on était partis avant l’heure du petit-déjeuner pour aller voir les animaux à l’aube). Les repas coûtent entre 6000 et 8000 FCFA et le petit-déjeuner coûte 3000 FCFA.

Pour économiser, vous pouvez acheter vos boissons et de quoi faire des sandwichs les midis à Natitingou, ça vous évitera de devoir payer les bouteilles d’eau à 1500 FCFA et de manger le midi au restaurant de l’hôtel.

Sur la route du parc

La route est assez longue entre Natitingou, la ville où nous dormions, et le parc de la Pendjari. A l’aller, nous nous sommes arrêtés dans la plus grosse « ville » du coin : Tanguiéta. Nous avons parcouru son marché et nous y avons pris un café, avant de repartir sur une longue route en terre qui mène au parc. Nous avons croisé de nombreuses femmes très bien habillées, portant en équilibre sur la tête leur chargement de bois, charbon, nourriture, ustensiles… Elles se rendaient au marché de Tanguiéta.

Au retour, nous nous sommes arrêtés aux cascades de Tanongou, que nous avons visitées avec un guide local. On peut s’y baigner, mais vus l’eau peu claire et notre guide qui nous attendait sur la rive, nous n’en avons pas profité très longtemps. Puis nous avons pris la route pour la région des Tatas Sombas, mais ça, ça sera pour un autre article !

Arrêt à Tanguiéta
Les femmes qui vont au marché, chargées de leurs marchandises.
La cascade de Tanongou

Conseils aux voyageurs :

L’entrée aux chutes de Tanongou est payante à 1000 FCFA / pers. Ce prix inclut l’accompagnement par un guide local jusqu’aux chutes depuis le point d’arrivée le plus proche en 4×4. Compter environ 5 à 10 min de marche/escalade jusqu’aux cascades.

2 Comments on “Parc de la Pendjari – Défilé dans la savane

  1. Très beau! ça me rappelle le safari photo qu’on a fait au Kenya en Mars ! Bonne continuation !

    • Oui, c’est magnifique de voir ces animaux en pleine nature ! Au Kenya, j’imagine que tu as dû en voir un peu plus que nous 😉
      Bonne fin de « voyage » au Canada !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *