La Boca, la Plaza de Mayo, le cimetière de Recoleta : même si ces noms ne vous évoquent (peut-être) pas grand-chose, ce sont quelques-uns des grands lieux touristiques à Buenos Aires. Et on les reconnaît bien quand on y arrive : les appareils photos sont tous de sortie et les argentins se mettent à tous parler anglais en vous tendant un menu de restaurant ! Petite visite de ces coins bien connus des guides de voyage et qui valent le détour dans la capitale…

La Plaza de Mayo et la Casa Rosada

La Plaza de Mayo est la place centrale de Buenos Aires. Elle tient son nom de la pyramide de mai en son centre commémorant l’indépendance de l’Argentine vis-à-vis de l’Espagne (qui a donc eu lieu en mai comme l’indique le nom de la place). Si vous êtes à Buenos Aires un jeudi à 15h30, vous pourrez voir sur la place la manifestation des Madres (les Mères) qui défilent pour que le gouvernement reconnaisse l’assassinat de leurs fils durant la dictature militaire. Aujourd’hui, le mouvement a évolué mais les manifestations restent hebdomadaires.

La place abrite également la Casa Rosada (la Maison Rose) sur l’un de ses côtés. C’est aujourd’hui le bureau du Président de la République. Le bâtiment peut se visiter gratuitement les samedis et dimanches, et durant les vacances argentines mais en réservant. Ce qui nous a surpris durant la visite était que nous n’avions pas le droit de prendre des photos dans deux salles, et que pour vérifier que nous ne prenions effectivement pas de photos, ils nous faisaient défiler en rangs et rapidement dans les salles en question ! Nous avons donc pu voir le bureau du Président bien rangé, mais pas de photos sur le blog !

Conseils aux voyageurs :

Les réservations pour les visites de la Casa Rosada se font par internet sur le site dédié. Pensez à réserver un peu en avance pour les visites en anglais car il y en a moins que celles en espagnol (et pas du tout en français). La visite est gratuite et dure une heure environ. Vous aurez à présenter vos passeports à l’entrée.

Simon, Cléo et Lou devant la Casa Rosada
La Plaza de Mayo vue depuis le balcon de la Casa Rosada

La Boca

Ce qui était autrefois un quartier ouvrier nous a paru lors de notre visite un Disneyland argentin : on a l’impression que tout est vrai mais on sait qu’au fond ce n’est qu’un joli décor… Non pas que nous pensions que ces belles maisons colorées n’aient jamais existées ou que le quartier ait été créé pour les touristes, mais parce qu’il n’y a aujourd’hui quasiment plus que des touristes dans les 3 rues autour d’El Caminito ! Quoiqu’il en soit, le décor vaut tout de même le détour si l’on arrive à faire abstraction des « tango pictures » et des vendeurs de souvenirs. Les quelques rues fréquentables sont vraiment belles et cela donne les photos suivantes qui montrent que le quartier a beaucoup de charme.

Conseils aux voyageurs :

On nous a déconseillé de nous aventurer trop loin de la zone touristique, cela pourrait être dangereux pour les touristes. Les zones à éviter sont décrites dans les guides, et si vous n’en avez pas, regardez sur internet ou demandez aux offices de tourismes, ils pourront vous renseigner.

La très colorée Calle Caminito
Lou et Cléo dans la rue Caminito !

Recoleta

Notre journée de visite de Recoleta n’a pas été la plus ensoleillée du séjour, et en plus de cela, c’était un dimanche. On ne vous parlera donc que de la Floralis Genérica et du cimetière de la Recoleta. Il paraît que le quartier est très sympa à visiter et que c’est aussi le plus huppé de Buenos Aires. N’hésitez pas à vous balader donc autre part qu’autour de ces deux points touristiques.

La Floralis Genérica est une sculpture métallique en forme de fleur qui a la particularité de s’ouvrir et de se refermer en fonction de la luminosité ! Nous y étions vers 11h du matin, mais vu la luminosité du jour, elle n’était pas très ouverte…

La Floralis Genérica un jour pluvieux

Le cimetière de la Recoleta est un peu le Père Lachaise de Buenos Aires. Beaucoup de célébrités argentines y reposent, dont Eva Perón, une femme très populaire pour ses actions sociales durant la Présidence de la République de son mari dans les années 40. Elle est morte très jeune, à l’âge de 33 ans et c’est un peu un culte de la personnalité que lui vouent les Argentins. Sa tombe est la plus célèbre du cimetière de la Recoleta. Contrairement au Père Lachaise qui est assez vert et dans lequel il y a des arbres, des allées engazonnées, … celui de la Recoleta est composé quasi-exclusivement de mausolées et d’allées en dur. Dans ces mausolées, on peut voir les cercueils qui ne sont même pas enterrés ! Assez surprenant quand on n’y est pas habitué…

Conseil aux voyageurs : le dimanche, quand il ne pleut pas, il y a une feria à côté du centre culturel (entre le cimetière et la Floralis Genérica), avec de nombreux artisans. Comme il pleuvait des cordes quand nous y sommes allés, il n’y avait que 4 ou 5 vendeurs… On a testé un très bon resto de viande dans ce quartier, et moins cher que ses voisins : La Cholita, rue Rodriguez Peña. N’hésitez pas à partager les plats ou à demander un doggy bag, c’est très copieux !