Et oui, un petit tour et puis s’en vont car nous ne sommes restés que quelques heures dans la capitale économique du pays : arrivés à 6h du matin en bus de nuit, nous repartions à 14h en avion pour Santiago. Nous avons donc arpenté la ville de Guayaquil pendant 4h, et nous n’aurions pas eu besoin de plus de toute façon vu ce qu’il y a à faire !

Le parc aux iguanes (ou Parque Seminario)

C’est un parc comme un autre en apparence, en plein milieu de la ville, entouré de barrières, et avec des bancs et des arbres… oui, mais dans les arbres, il y a des dizaines d’iguanes ! On en a vu plus d’une cinquantaine en tout, et il devait sûrement y en avoir de nombreux cachés ! Ces iguanes sont totalement en liberté, s’ils voulaient partir, ils le pourraient (mais enfin, pour aller où ? Ils sont entourés de buildings…), et donc ils restent là. On peut les approcher très facilement, voire même leur donner à manger. D’autres touristes ont tenté, mais attention, les iguanes ont des petites dents pointues : une touriste s’est fait mordre le doigt assez violemment.

La promenade le long du fleuve Guayas : le malecon 2000

Cette promenade a été aménagée à la fin des années 90 et on a trouvé ça plutôt bien réussi (ça ne vaut pas les berges du Rhône mais bon ^^) : durant 2,5 km, on peut longer le fleuve Guayas, sur de larges pontons en bois, et on croise régulièrement des jardins, des œuvres d’art, des cafés et restaurants… etc Les voitures sont juste à côté mais on les oublie un peu, le temps de flâner sur cette promenade !

Les bâtiments anciens le long du malecon

La colline Santa Ana

Cette colline est située à un bout du malecon 2000, et fait office de « quartier historique » de Guayaquil. Ce quartier a été complètement réhabilité dans les années 90, et on peut y voir de jolies maisons, des galeries d’art, des cafés et restaurants. Mais son intérêt réside plus dans le point de vue que l’on a tout en haut : on a une vue à 360° sur Guayaquil ! Une fois arrivés en haut de la colline, on peut encore grimper les dernières marches d’un phare pour avoir l’une des meilleures vues de Guayaquil.

Les façades retapées du cerro Santa Ana
Le phare en haut de la colline
Vue sur la ville depuis le phare

Conseils aux voyageurs :

Ne prévoyez pas plus d’une journée à Guayaquil : nous en 4h, on a pu faire le tour de ce qu’on voulait voir (et après une nuit de bus, autant dire qu’on n’a pas couru !). Si vous êtes comme nous en correspondance, il y a une consigne à l’aéroport dans le hall des arrivées (7 dollars par sac tout de même…). Il y en a peut-être une aussi à la gare routière, juste à côté. On peut aller de l’aéroport à la gare routière à pied en moins de 10 min.

Pour circuler dans Guayaquil, on vous recommande d’emprunter le Metrovia (les bus rapides avec voie réservée). Pour utiliser le Metrovia, il vous faut une carte (payante, 5 $ de mémoire !!) que vous devrez ensuite recharger pour chaque trajet, mais vous pouvez aussi donner l’argent du trajet à un habitant qui vous fera passer avec sa propre carte. Payer 5$ une carte qu’on utilise quelques heures, c’est toujours rageant !

One Comment on “Guayaquil – Un petit tour et puis s’en vont

  1. vous n’avez surement pas croisé l’iguane qui nous était tombé dessus en 1985 dans ce parc !
    je viens de lire que la durée de vie de cette bête est de 10 à 15 ans, donc ce sont les arrières petit enfants !