L’île de Pâques, c’est avant tout un rêve. Le rêve de rencontrer ces grandes et majestueuses statues qu’on ne trouve nulle part ailleurs, sauf là : les Moaïs. Nous avons aussi pu découvrir que l’île de Pâques, ce n’est pas que ça, et que les paysages que l’on peut y découvrir sont aussi spectaculaires !

Quelques jours sur une île en Polynésie…

Et oui car c’est ici qu’on l’a découvert : l’île de Pâques, connue également sous le nom local de Rapa Nui, fait partie de la Polynésie, tout comme la Polynésie française, Hawaï ou la Nouvelle Zélande. La Polynésie est en fait l’ensemble des îles se situant dans le triangle île de Pâques – Hawaï – Nouvelle Zélande. Et comme il se doit en Polynésie, nous avons donc été accueillis par notre hôte Oscar avec… de beaux colliers de fleurs fraîches ! (Christina, je pense que vous auriez encore plus apprécié que l’ardoise du Machu Picchu non ?! J)

Cléo et son beau collier de fleurs polynésien

Nous avons ensuite pu élaborer notre programme de visite de nos copains les Moaïs, que voici :

  • 1er jour : arrivée sur l’île à Hanga Roa, rencontre avec les premiers moaïs près du port, et visite du musée Rapa Nui. Coucher de soleil sur le site de Tahai.
  • 2ème jour : randonnée jusqu’au volcan Rano Kau pour visiter le site d’Orongo et apercevoir les Motu Iti et Motu Nui, deux îles au large, puis passage par le site Ahu Vinapu
  • 3ème jour : randonnée plus longue de 20km sur la côte Nord-Ouest depuis Hanga Roa jusqu’à la plage d’Anakena avec des paysages très sauvages et pas un chat à l’horizon !
  • 4ème jour : randonnée jusqu’au volcan Tere Vaka en passant par le joli site restauré de Ahu Akivi
  • 5ème jour : après 3 jours de randonnées, on a bien droit à une journée de voiture ! Direction les points les plus éloignés de la ville avec les magnifiques sites de Ahu Tongariki et la carrière de moaïs sur les flancs du volcan Rano Raraku. On passera par quelques petits sites sur la côte Nord jusqu’à la plage d’Anakena, et on finira la journée à la carrière de chapeaux des moaïs !
  • 6ème jour : on profite de la journée pour faire quelques boutiques et visiter un peu Hanga Roa que nous avions jusqu’alors traversée rapidement. On finit par un magnifique coucher de soleil sur les 3 Ahus que nous avions visités le 1er

1er jour : Arrivée, musée et triple Ahu

Nous voilà donc prêts, avec nos colliers de fleurs à arpenter l’île du Nord au Sud, et d’Est en Ouest ! L’île n’est en fait pas très grande, c’est un petit triangle d’une vingtaine de kilomètres de côté, et dont le point le plus haut est à 500m environ. Elle fait partie d’une chaîne de volcans sous-marins qui, à force de persévérer, ont poussé à la surface de l’océan. On s’en rend compte d’ailleurs quand on est sur les sommets : c’est parsemé de petits cratères ! Nous apprenons tout cela au musée Rapa Nui, proche de la ville.

Ce petit musée nous apprend également comment les moaïs étaient sculptés, à flanc de volcan, ce que nous pourrons observer de nos propres yeux quelques jours plus tard… Par contre pour ce qui est du déplacement des moaïs jusqu’à leurs plateformes, alors là, personne ne sait comment ils ont pu faire ! Plusieurs scientifiques ont émis différentes hypothèses mais aucune n’a pu être confirmée.

On finit la journée au triple Ahu (non non ce n’est pas la Tripel Karmeliet locale…) avec l’Ahu Vai Uri, Ahu Tahai et Ahu Ko Te Riku. Un Ahu est en fait le nom donné à la plateforme sur laquelle étaient élevés les moaïs. En général, on trouve sur un Ahu un ou plusieurs moaïs. Les moaïs sont dos à l’océan dans l’immense majorité des cas et font face à une place carrée sur laquelle étaient célébrés les rites Rapa Nui. Aujourd’hui, ce sont les touristes comme nous qui célèbrent la fin de la journée face au moaïs ! On a un beau coucher de soleil, mais c’est sans savoir ce qui nous attend pour notre sixième jour…

Le site de l'Ahu Tahai
Photo de 2 Ahus sur les 3 de ce site
Notre 1er coucher de soleil sur les moaïs !

En haut : la façon dont étaient taillés les moaïs (directement sur les flancs de la montagne) / en bas : deux hypothèses parmi d’autres pour expliquer comment les statues étaient amenés jusqu’à leur Ahu. Photos prises au musée de Hanga Roa.

2ème jour : Rano Kau, Orongo et Ahu Vinapu

C’est notre premier jour de rando sur l’île ! Aujourd’hui, assez peu de moaïs, puisqu’on part à la découverte du site d’Orongo, qui est le site qui célèbre le mythe de « l’homme oiseau » qui a remplacé les moaïs. Les Rapa Nui ont, petit à petit, arrêté de croire en leurs moaïs. Afin de désigner leur chef, chaque année, chaque famille devait envoyer un homme qui devait trouver le premier œuf d’un oiseau migrateur. Le plus rapide remportait alors le titre de chef de l’île. Le problème, c’est que cet œuf, il fallait aller le chercher sur une île, en face de l’île de Pâques, en descendant des falaises assez pentues, que l’oiseau pouvait mettre plusieurs dizaines de jours à arriver,  et qu’il fallait ensuite revenir avec l’œuf, et non des bouts de coquilles vides… tout en traversant à la nage un bout d’océan où traînaient quelques requins ! Voilà pour la petite histoire.

Une fois arrivés en haut du volcan, on a une très belle vue sur le cratère qui possède son propre écosystème. Nous nous sommes ensuite dirigés vers le site d’Orongo pour visiter les maisons qui y restent et voir les fameuses îles sur lesquelles étaient envoyés les « hommes-oiseaux ».

Comme on avait encore du temps, on a prolongé la balade jusqu’à l’Ahu Vinapu, un Ahu qui n’a pas encore été reconstruit.

Au bord du cratère du volcan Rano Kau
Le chemin n'est pas toujours très bien délimité !
Les maisons du village d'Orongo
C'est sur les îlots du fond que les prétendants-hommes-oiseaux "s'envolaient" pour aller chercher le fameux œuf... C'est tout près en fait, n'est-ce-pas? 😉
L'Ahu Vinapu

Conseils aux voyageurs :

On a mis 1h45 pour monter jusqu’au village d’Orongo. Pour aller à l’Ahu Vinapu, ça rajoute environ 2h aller-retour. La route n’étant pas particulièrement intéressante, vous pouvez garder ce site pour un jour où vous aurez une voiture.

3ème jour : 20 km, plage et New York Times

C’est le jour de notre plus grande randonnée. Plus de 20 km sur la côte Nord-Ouest, en partant de Hanga Roa et en contournant le volcan Tere Vaka. Notre point d’arrivée est la petite plage d’Anakena, où on compte se faire ramener en stop.

On croise sur la randonnée quelques personnes au début, et puis à partir de 4 ou 5 kilomètres, nous serons seuls sur la quinzaine de kilomètres restants ! On croise en chemin un tunnel naturel formé par une éruption de lave, quelques moaïs tombés, un pétroglyphe (un dessin gravé dans la pierre) représentant le fameux homme-oiseau, et des paysages grandioses avec en point d’orgue les moaïs restaurés de la plage d’Anakena et des belles couleurs dans le ciel !

On finit bien par se faire raccompagner en stop par deux touristes new-yorkais depuis Anakena. L’un d’eux est professionnel de santé dans ce qu’il nous explique être une nouvelle profession entre infirmière et médecin qui n’existe pas en France. L’autre nous dit qu’il est journaliste culture au New York Times ! Du coup, abonnez-vous, on sera peut-être dans la prochaine section voyage du newspaper !^^

Un moaï par terre (un parmi tant d'autres !)
C'est parti à la découverte des tunnels de lave !
Les tunnels de lave qui donnent sur l'océan
Les paysages qu'on a pu admirer durant toute la rando !
Un pétroglyphe représentant l'homme-oiseau
Arrivée sur la plage d'Anakena
Les moaïs près de la plage

Conseils aux voyageurs :

On a mis 6h15 pour rejoindre Anakena, la rando est presque toujours plate.

4ème jour : Tere Vaka, grottes et Ahu Akivi

Aujourd’hui, c’est grimpette. Après avoir contourné le Tere Vaka pendant notre rando d’hier, on part à son ascension ! Il paraît qu’on a une vue panoramique depuis le sommet. Alors en effet on a une belle vue, mais le vent froid nous a fait écourter notre contemplation. Même à seulement 500m au-dessus de l’océan, ça souffle quand même bien.

Le départ de la randonnée se situe à l’Ahu Akivi, un Ahu restauré dont la particularité est que les moaïs regardent l’océan ! Avant de partir en rando, nous visitons les grottes naturelles Ana Vai Teka qui servaient entre autres de réservoirs naturels d’eau douce pour les Rapa Nui.

Conseils aux voyageurs :

On a mis 1h45 pour rejoindre l’Ahu Akivi, puis 1h15 pour monter jusqu’au Tere Vaka. La descente nous a pris 1h, et on est rentrés en stop de l’Ahu Akivi jusqu’à Hanga Roa.

L'intérieur de l'une des grottes d'Ana Vai Teka avec son petit puits de lumière !
Les 7 Moaïs d'Ahu Akivi
Les Moaïs qui regardent vers l'océan
Nous deux qui regardons aussi vers l'océan mais en haut du volcan !
On voit l'autre bout de l'île depuis là haut !

5ème jour : lever de soleil, sculpture sur caillou et petits chapeaux

Après ces trois jours de randonnée, on loue une voiture pour explorer les sites les plus renommés de l’île, mais aussi les plus éloignés de la ville : la carrière de moaïs sur les flancs du volcan Rano Raraku et l’Ahu Tongariki qui est composé de 15 énormes moaïs tous debout !!

Nous ne l’avons pas précisé mais tous les moaïs qui sont debout sur l’île le sont car ils ont été restaurés. Au cours des siècles, l’île a connu plusieurs tsunamis et tremblements de terre qui ont fait s’effondrer les statues. L’île dénombre 887 moaïs. 288 ont été transportés et érigés sur un Ahu. Le reste est soit en chemin vers les Ahus, soit à la carrière de moaïs. Sur les 288 qui ont été érigés un jour, il n’en reste que quelques dizaines qui ont été restaurés et « remis sur pieds ».

Ahu Tongariki fait partie de ces sites qui ont été restaurés. Il se visite pour la plupart des visiteurs le matin au lever du soleil, et on peut vous dire que c’est très impressionnant de voir ces 15 géants apparaître au fur et à mesure à la lueur du jour !

Après être restés près d’une heure et demi à contempler ces 15 moaïs, nous nous sommes dirigés vers la carrière de moaïs. On ne sait alors plus où donner de la tête, il y en a partout, là, plantés dans le sol, penchés en avant, en arrière, la tête dans l’herbe ou le dos encore attaché au volcan comme s’ils ne voulaient pas partir. Ils ont même l’air encore plus grands que ceux qu’on voit de loin sur leur Ahu.

On continue la journée vers la côte Nord avec quelques petits sites, dont le plus grand moaï jamais érigé mais qui aujourd’hui est à terre (10m de hauteur), et la petite plage d’Ovahe beaucoup moins bondée qu’Anakena. On passe par la carrière de chapeaux des moaïs, puis on rentre à la maison avec des moaïs plein la tête, quelle belle nouvelle journée !

Conseils aux voyageurs :

Environ une heure à une heure et demi après le lever du soleil, le site d’Ahu Tongariki est totalement vide ! La plupart des touristes viennent en tour organisé. Venir en voiture permet de profiter de tout le panorama quelques temps après le départ des groupes !

Les 15 géants bien alignés
Les 15 géants + 2 petits touristes
La vue sur l'océan dont les Moaïs ne peuvent même pas profiter !
L'esplanade devant les Moaïs est particulièrement grande à Ahu Tongariki
Ahu Tongariki vu depuis la carrière de Moaïs à quelques kilomètres de là
Des Moaïs plantés et abandonnés à la carrière
Les flancs du volcan Rano Rakanu sont remplis de Moaïs qui dépassent leur tête du sol ! C'est tout simplement impressionnant à voir !
On y voit aussi des Moaïs dont la sculpture a été abandonnée à différentes étapes
On enchaîne ensuite par quelques sites sur la côte Nord, notamment la plage d'Ovahe
La carrière de chapeaux. Les pierres qu'on voit sont des chapeaux en cours de transport vers leurs Moaïs.

6ème jour : emplettes, visites et coucher de soleil

Avec tous ces moaïs, on a à peine pris le temps de visiter la ville. C’est donc ce que l’on fait pour ce dernier jour complet sur l’île. Cléo s’achète un beau pagne polynésien, on se balade dans les rues et visite les quelques marchés artisanaux.

La journée s’achève sur le plus beau coucher de soleil que nous aurons sur l’île face aux 3 Ahus que nous avions visités le premier jour. Vraiment, cette île est surprenante ! J

Conseils aux voyageurs :

Si vous louez une voiture durant votre séjour (comptez 35 000 à 50 000 pesos par jour), il ne vous faudra que 3 jours pour voir l’ensemble des sites que nous avons visités, sauf la randonnée de 20km qui n’est accessible qu’à pied. 6 jours nous ont paru cependant être une bonne durée pour profiter de l’île sans se presser. Et puis ce n’est pas tous les jours qu’on va sur l’île de Pâques : une fois que vous avez payé vos billets d’avion et vos billets d’entrée au parc national (quasiment 70€…), autant en profiter !

A noter : il est possible de louer des scooters mais il faut un permis 2 roues (et même si le permis B nous autorise à conduire des scooters en France, si votre permis A n’est pas tamponné dans votre permis, vous ne pourrez pas conduire de scooter au Chili). On peut aussi louer des quads (même prix que les voitures), ou des vélos (environ 10 000 pesos par jour). On a loué à l’agence Oceanic Rapa Nui sur la rue principale, on en a eu pour 35 000 pesos pour une journée. Le véhicule n’était pas très moderne mais ça allait très bien pour une journée !

Comme beaucoup de gens louent des voitures, vous n’aurez aucun problème à faire du stop : on en a fait 2 fois depuis des parkings, celui de la plage d’Anakena et celui de l’Ahu Akivi, et on a trouvé quelqu’un pour nous ramener rapidement à chaque fois. Par contre, on a essayé le long de la route et c’était moins efficace, les touristes ne s’arrêtent généralement pas et les locaux ne vont pas vers les lieux touristiques !

Vu le prix des restaurants sur l’île, nous conseillons fortement de prendre un hôtel ou une auberge avec cuisine. Les restaurants sont chers et ne valent pas particulièrement le détour à part quelques plats de poisson.

Nous logions Chez Oscar, un bed and breakfast conseillé par Soledad, Mané et Sébastien ! Oscar est très sympa et parle un peu français. Le petit déj varie jour après jour et est compris, et on peut utiliser la cuisine pour les autres repas. Oscar adore voyager, ce qui nous a permis de discuter pas mal de voyages !

Notre dernier coucher de soleil sur l'île !

6 Comments on “Île de Pâques – Mystiques Moaïs

    • Merci Vincent !
      Merci Marine, il faut vraiment que vous y alliez, c’est un endroit tellement hors-du-commun !

  1. Superbe !! Bravo les amis ! C’est cool que vous y ayez passé du temps ! On suivra vos conseils quand on ira 😉

  2. C’est vrai qu’on ne s’attendait à voir « que » les statues, mais les paysages sont aussi super impressionnants !
    Après il n’y a qu’à prendre un Lille-Paris, Paris-Sao Paulo, Sau Paulo-Santiago, Santiago-Hanga Roa, et puis on est déjà à l’île de Pâques !^^
    Bisous à tous les deux !

  3. Très impressionnantes ces sculptures! Les paysages sont aussi superbes, dignes de cartes postales.

  4. ça, c’est un des articles qui m’a laissé le plus rêveur, et donne vraiment envie d’y aller. Dommage que ce soit si loin et si compliqué pour y arriver !