Otavalo est mondialement connue pour ses marchés : un marché d’artisanat quotidien où on peut trouver de tout ou presque ; et un marché aux animaux hebdomadaire où on peut trouver presque tous … les animaux de la ferme !

Le marché aux animaux a donc lieu tous les samedis, de 5h à 10h du matin, donc on y est allés à 7h pour profiter de l’animation (on n’a pas fait la grasse mat’ ce jour-là !). C’est un marché auquel se rendent les paysans qui vivent à des kilomètres à la ronde, pour vendre ou acheter leurs bêtes. Sur ce marché, on trouve : vaches, chevaux, ânes, cochons, moutons, poules et coqs, cochons d’inde… Chaque zone est plus ou moins spécialisée : les vaches dans un immense enclos, les cochons d’inde le long de la grande route, juste à côté des poules juste après cette grande route… avec les camionnettes qui transportent les bêtes des nouveaux heureux propriétaires au milieu de tout ça, un vendeur de cordes pour attacher ses nouvelles bêtes… oui, c’est un peu le bazar, mais tout le monde a l’air de s’y retrouver et c’est le principal ! Comme on était curieux, on a demandé quelques prix aux vendeurs : le prix d’appel (non négocié, on ne s’est quand même pas mis à marchander quand même !) pour une vache est de 500 dollars, pour un gros cochon 280 dollars, pour une poule 12 dollars et pour un cuy (un cochon d’inde, met de fête en Amérique du sud) il faut compter 7 dollars !

Le rayon des poules...
... celui des lapins ...
... celui des cochons ...
... et celui des vaches !
Traversée de la panaméricaine avec sa trouvaille du jour, normal !
Pour les poules, pas de laisse, alors c'est tout le monde dans le même sac !
Quel choix de cordes pour emmener ses nouvelles bêtes !
Y a même des veaux !
Là, on peut dire qu'il a fait le plein !

Le marché d’artisanat est un peu mois typique et beaucoup plus touristique. Il a lieu tous les jours sur la place principale et les rues attenantes. On y trouve de tout (tissus, vêtements, panamas, petits objets souvenirs, …), principalement produits en Equateur et en Colombie (toute proche). On n’a pas été des plus emballés par ce marché, qu’on a trouvé trop touristique, mais c’est aussi que Simon s’y est fait piquer son portable 15min après qu’on ait commencé à s’y balader, donc forcément, ça refroidit !

La tenue traditionnelle des femmes de la région : le haut blanc brodé, avec une longue jupe noire avec une fente sur le côté, et un collier de perles dorés à plusieurs rangs. Vous pouvez voir un exemple de face sur la photo du titre de l'article !

Conseils aux voyageurs :

Si vous voulez venir à Otavalo, privilégiez vraiment d’y être le samedi matin pour le marché aux animaux : si vous ne venez que pour le marché d’artisanat, autant rester à Quito où il y a plein de boutiques d’artisanat sympas ! Il y a aussi des balades à faire autour d’Otavalo, mais nous ne les avons pas faites.

Pour y aller, c’est très simple : il suffit de vous rendre au terminal terrestre de Carcelèn (nord de Quito), il y a des bus qui vont à Otavalo toutes les 20-30 min.

Comme notre hôtel n’avait pas de cuisine, on a testé quelques restaurants, et on vous recommande la Cosecha, sur la place des Ponchos (la place principale). C’est cher mais les sandwichs sont vraiment excellents et changent de tout ceux qu’on a pu manger en Amérique du Sud depuis des mois : ils ont du goût quoi ^^ On a aussi testé les tartes (sucrées) de chez Shenandoah pie shop (toujours place des Ponchos), la tarte au citron était décevante mais celle aux pommes était très bien ! Ils ont beaucoup de choix, passez jeter un coup d’œil !

Et faites attention à vos affaires, plutôt deux fois qu’une…