Tingo Maria a les avantages de l’Amazonie sans en avoir les inconvénients : végétation exubérante, nombreuses cascades où on peut se baigner, mais sans la chaleur étouffante, ni les nuées de moustiques, ni les trop nombreuses agences touristiques !

La ville de Tingo Maria

C’est une petite ville de province, assez peu touristique : en 4 jours, on y a croisé 4 occidentaux, et tous étaient installés ici ! A priori, Tingo Maria est surtout une ville pour les touristes péruviens, et on était en basse saison donc on était plutôt tranquille. On a trouvé très agréable de ne pas se faire harceler par les agences touristiques, pour la simple et bonne raison qu’il doit y en avoir une ou deux à Tingo Maria, et qu’elles étaient fermées lors de notre passage ! Il est très simple de circuler dans cette ville, et vers les lieux d’intérêts autour : on utilise des triporteurs, que nous on appelle « tuks-tuks », mais c’est peut-être dû à nos dernières vacances en Asie, et que les locaux appellent moto-taxis ici.

Dans cette ville, on a aussi visité le jardin botanique, agréable pour sa fraîcheur !

Les tuks-tuks de Tingo Maria : on se demande s'il n'y en avait pas un par habitant !
A bord d'un de nos tuks-tuks !
Visite du jardin botanique : un cacaoyer !
Des orchidées

Conseils aux voyageurs :

Pour venir à Tingo Maria, il faut prendre un bus de nuit de 12 à 14h depuis Lima. On a testé la compagnie Transmar à l’allée (60 soles / personne, en semi-cama vraiment basique) et G&M au retour (70 soles / personne, un vrai bus cama, avec couverture et petit snack inclus) : on vous recommande donc plutôt G&M ! Les bus partent en fin d’après-midi ou début de soirée de Lima, de même pour le retour. Les agences de bus à Tingo Maria sont toutes dans la même rue, celle la plus proche du fleuve.

Pour manger à Tingo Maria : le marché ne nous a clairement pas inspiré, donc on s’est rabattus sur le restaurant De Tinto y Madero (calle Alameda de Peru) qui propose des menus complets à 12-15 soles. Le reste du temps, on a mangé à notre hôtel ou des sandwichs.

Pour se loger : on a testé un super hôtel avec piscines (le –s n’est pas une faute de frappe, il y avait bien 2 piscines) : la villa Jennyfer ! Et comme on y était en basse saison (mai), on a pu profiter d’une offre en demi-pension, avec l’hôtel quasiment pour nous seuls ! Il y avait seulement un autre bungalow occupé durant notre séjour, autant vous dire qu’on était tranquille pour profiter de l’immense jardin fleuri, des piscines, des transats sur les terrasses… Quelques points négatifs malgré tout : on a rarement vu du personnel aussi blasé (à part le gérant, tout le monde faisait la gueule !), et la formule demi-pension n’était pas des plus intéressantes (le petit-dej est top, mais le repas ne comprend qu’un plat sans boisson, et comme on était en très basse saison, on ne pouvait prendre le repas que le midi et pas le soir car la cuisinière partait à 18h le soir). Bref, on en a quand même bien profité, mais peut-être qu’en haute saison, ça doit être bondé de touristes péruviens et donc moins agréable. A noter que c’est assez loin du centre donc il faut prendre un tuk-tuk pour y aller (comptez 2 soles / personne).

Une des piscines de notre hôtel !
Et notre terrasse !
Le jardin de l'hôtel !

La cave des chouettes – Cueva de las Lechuzas

C’est l’attraction locale, c’est là qu’on a vu le plus de touristes (péruviens), et c’est en fait ce qui nous a le moins plu ! C’est une immense grotte dans laquelle on trouve quelques chouettes (d’où son nom) mais surtout des centaines de guacharos (des oiseaux nocturnes) qui poussent des cris glaçants en permanence. Ajoutez à ça des milliers d’insectes qui pullulent au sol (on ne les a heureusement vus qu’à la fin, comme il faisait assez noir) sous les passerelles de bois qu’on emprunte, et ça vous donne une visite assez flippante en fait ! Autour de la grotte, on peut se balader, c’est assez joli.

L'entrée de la grotte
Depuis l'intérieur de la grotte
2 perroquets ont élu domicile ici

Conseils aux voyageurs :

Il faut mieux y aller en tuk-tuk car c’est à quelques km et en montée ! Vous pouvez prendre n’importe quel tuk-tuk, il n’est pas nécessaire de prendre ceux de la coopérative de la Cueva comme indiqué dans le guide du Routard. Sur la route, il y a des bassins d’eau chaude souffrée, si vous n’avez pas de piscine à votre hôtel, ça peut être un bon stop !

L’entrée des grottes, à 10 soles, vous permettra d’accéder aussi à une autre zone du parc avec les cascades de Gloria Pata (cf paragraphe suivant).

Les cascades proches de Tingo Maria

On trouve de nombreuses cascades autour desquelles on peut randonner, dans les environs de Tingo Maria.

On a eu droit à quelques averses tropicales, d’où nos airs un peu « trempés » sur les photos ^^

La cascade Velo de las Novias (l'eau est marron à cause des fortes pluies de la nuit)
La cascade Velo de las Novias (l'eau est marron à cause des fortes pluies de la nuit)
2017 05 - Tingo Maria 047
Un rayon de soleil ! Vite, on enlève les manteaux !
Cascade de Gloria Pata
Le petit chien qui nous a accompagné durant toute la balade !

Conseils aux voyageurs :

On est allé d’abord aux Cataratas Velo de la Ninfas (comptez un peu moins de 2h sur place si vous ne vous baignez pas), puis à celles de Gloria Pata (1h30 aller-retour, mais on n’est allés que jusqu’à la première cascade. Il y en a une autre bien plus loin pour ceux qui ont plus de temps !). Les premières sont payantes en théorie, mais il n’y avait personne au cabanon d’entrée donc on n’a rien payé (les avantages de la basse saison !). Les 2èmes sont payantes et il y a un contrôle à l’entrée : le billet d’entrée à 10 soles est commun avec la grotte des chouettes. On n’a pas fait les 2 le même jour, ça n’a posé aucun problème. Comme il avait beaucoup plu la nuit précédente, le chemin était vraiment extrêmement boueux. Prenez vos chaussures de randos ! Et n’oubliez pas votre maillot de bain s’il fait beau !

La cascade El Velo de la Novia

C’est la plus belle cascade qu’on ait vue, on peut s’y baigner et le lieu est magnifique, mais quelle galère pour y aller !

La cascade et sa piscine naturelle
La cascade et sa piscine naturelle
Le serpent qui a failli mordre Simon... Il a fini coupé à la machette en 3 morceaux par les locaux !

Conseils aux voyageurs :

Renseignez-vous s’il y a des travaux sur la route : Ces fameux travaux nous ont fait perdre 1h15 le matin et 30 min le soir : eh oui, pas de circulation alternée au Pérou, mais une route coupée pour plusieurs heures quand il y a des travaux. La seule route qui menait à la cascade n’était ouverte que de 6h à 7h, de 12h à 13h et de 18h à 19h ! Pour y aller, il faut forcément prendre un collectivo (a priori rue Jiron Cayumba), qui part quand il est plein. De mémoire, on en a eu pour 20 soles par personne l’aller. Il faut quand même compter 1h30 l’aller si tout se passe bien !

Pour le retour, il est un peu difficile de trouver un collectivo aux cascades, donc le plus simple est de prendre un tuk-tuk ou un taxi jusqu’à Aguaytia, et de là, vous reprenez un collectivo jusqu’à Tingo Maria.