La Vallée sacrée des Incas – Spectacle constructif

Le site le plus connu de la vallée sacrée est certes le Machu Picchu, mais 4 autres sites très intéressants y sont aussi présents, et permettent au voyageur de connaitre différentes facettes de la culture inca.

Chinchero – Agriculture en terrasse et tissus

On commence cette visite de la vallée sacrée par un arrêt à Chinchero, un village toujours connu pour ses tissus, fabriqués comme autrefois : la laine vient des alpagas élevés ici ; elle est lavée avec un détergent naturel ; les teintures sont extraites de plantes, racines et fleurs ; le tissage est fait à la main. De nombreux ateliers de tissage ouvrent maintenant leurs portes aux touristes pour une rapide démonstration et surtout une vente de leurs produits.

Mais Chinchero possède aussi un site inca très joli, avec d’immenses terrasses pour l’agriculture.

Démonstration du nettoyage de la laine
Différentes teintes naturelles
Coloration de la laine
Coloration de la laine
Le tissage
Le tissage
Exemple de tissus réalisés
Les différentes teintes utilisées
Les différentes teintes utilisées
Vue depuis le haut du site de Chinchero
Un exemple des fameuses "pierres ajustées" incas : pas de mortier, mais une taille ultra-précise pour qu'il n'y ait aucun jour entre les pierres ! Cette technique était surtout réservée aux bâtiments royaux, sacrés ou religieux.
Vue du site de Chinchero

Les salineras de Maras – Extraction du sel

Là, on arrive à un site hors-du-commun : pas de belles terrasses, de temples en pierres bien ajustées, mais des milliers de bassins dans lesquels on « cultive » du sel. Même avant les Incas, les habitants avaient découvert que l’eau qui s’écoulait de cette montagne était salée (car il y aurait des mines de sel dans les environs selon notre guide). Mais ce sont les Incas qui ont construit ces innombrables bassins pour permettent de récolter l’eau salée, par un astucieux système d’irrigation, et ensuite, il ne leur restait qu’à attendre que l’eau s’évapore pour récupérer le sel. Le sel était une denrée très précieuse à l’époque, car il permettait de conserver la viande et le poisson. Aujourd’hui encore, les salineras de Maras sont exploitées, et le sel est vendu sur place aux touristes ou exporté en Occident, en tant que « sel de luxe ».

Les milliers de bassins
Vue d'un peu plus près
Et d'encore plus près !
Vue d'ensemble du site

Moray – Laboratoire agricole

Comme les salineras, le site de Moray est assez atypique : on y retrouve les habituelles terrasses en pierre pour l’agriculture, mais elles sont en forme concentrique. Il semblerait que les Incas utilisaient ce site pour tester l’acclimatation de plantes de la côte à la montagne. Ils plantaient ainsi plusieurs graines, à différentes hauteurs sur le site (et donc à différentes températures car il y aurait une différence de quelques degrés entre le bas et le haut), et voyaient ensuite quelles plantes poussaient et lesquelles ne poussaient pas. Il ne leur restait ensuite qu’à implanter les nouvelles plantes dans les régions adéquates.

Les terrasses en cercles concentriques
Nous 4 au-dessus des terrasses !

Ollantaytambo – Cité défensive

La cité défensive d’Ollantaytambo ressemble plus aux sites qu’on a l’habitude de voir : un pôle défensif en hauteur, des terrasses agricoles, un village avec des maisons et des temples en contrebas. La ville d’Ollantaytambo en elle-même a gardé son plan et ses fondations incas : les rues sont étroites (pas de voiture à l’époque !) et en pierres, et on retrouve des fondations incas sous certains bâtiments.

Vue sur la ville d'Ollantaytambo et sur le site inca (en face)
Une rue de l'époque inca
Un des temples du site inca : remarquez la taille des pierres ! Elles étaient transportées depuis la montagne en face jusqu'ici, mais on ne sait pas encore exactement comment...
Une des fontaines du site
Nous 4 sur le site d'Ollantaytambo

Conseils aux voyageurs :

Pour visiter ces 4 sites, il faut au moins prévoir la journée complète. Nous l’avons fait en 2 fois : un jour pour les 3 premiers sites, et une demie-journée pour Ollantaytambo au retour du Machu Picchu (car nous sommes restés une nuit à Ollantaytambo juste après avoir visité le Machu Picchu).  

Pour la visite d’une journée, nous avons pris les services d’un taxi qui nous a amené d’un site à l’autre, avec en prime quelques explications sur chacun des sites. Cela nous a coûté 170 soles pour 4, mais l’office du tourisme nous avait dit qu’on pouvait trouver des taxis à partir de 140 soles. Pour vous donner une idée du temps de trajet et de visites, nous sommes partis à 8h30 de Cusco et nous sommes arrivés à Ollantaytambo vers 15h30. Nous avons pique-niqué sur le site de Moray (bien plus confortable et moins bondé que les salineras). Nous aurions eu juste le temps de visiter le site d’Ollantaytambo avant sa fermeture, mais nous avons préféré le garder pour le sur-lendemain matin, à notre retour du Machu Picchu : beaucoup de groupes visitent le site en fin d’après-midi, donc si vous voulez être un peu seul, le matin est vraiment conseillé !

Pour le trajet direct Ollantaytambo-Cusco en taxi, il faut compter 90 soles.

Si vous voulez avoir un guide pour les visites, renseignez-vous à Cusco : vous en trouverez facilement qui proposeront leurs services à Ollantaytambo, mais pour les autres sites, c’est moins sûr.

One Comment on “La Vallée sacrée des Incas – Spectacle constructif

  1. Pingback: Machu Picchu – Une merveille abandonnée, une merveille retrouvée