L’Amazonie est partagée entre 9 pays dont les plus connus sont le Brésil, la Bolivie, le Pérou, l’Equateur et la Colombie. On pense en général d’abord au Brésil, mais les autres pays offrent également de belles visites dans le poumon vert de la planète. Embarquez à bord de notre pirogue vers Rurrenabaque en Amazonie bolivienne !

Un paresseux rencontré sur le chemin vers la pampa

Au départ de Rurre, comme la surnomment les boliviens, il est obligatoire de prendre une agence afin de découvrir l’Amazonie. Notre choix s’est porté sur l’agence Mashaquipe, et Sandro a été notre guide pour ces 5 jours d’aventure.

La pampa

La plupart des visiteurs pressés ne passent uniquement que par la « pampa ». C’est une zone assez aride, dans laquelle les arbres sont plus petits que dans la jungle, et qui se visite autour du fleuve, plus ou moins haut selon la saison à laquelle vous la visitez. L’ensemble des animaux se retrouve autour du fleuve, c’est donc un endroit privilégié pour pouvoir les observer, et c’est ce qui explique aussi pourquoi la pampa attire autant de visiteurs. Nous étions en fin de saison des pluies donc le fleuve était à son plus haut niveau. Si vous voulez absolument voir des caïmans, visez plutôt la saison sèche, ils sont beaucoup plus faciles à observer à cette époque. Nous n’avons pu voir qu’un seul « big black caïman » d’assez loin, et il paraissait déjà bien impressionnant !

Les tortues qui se dorent la pilule
2 Hoazins huppés, des oiseaux qui ont très peu évolué depuis la préhistoire
Un Anhinga
Un Capybara, un des plus gros rongeurs du monde
La navigation dans notre pirogue à travers la végétation
Des singes écureuils
Un Jabiru en plein repas
Un singe capucin
Les paysages se reflètent calmement sur le fleuve
Le beau coucher de soleil coloré d'Amazonie
Un Jacamar
Un singe hurleur
Un oiseau dont on a oublié le nom... Le 1er à le trouver gagne une carte postale 😉
Les dauphins d'eau douce roses qui ont un bec bien caractéristique
N'oublions pas que nous sommes en fin de saison des pluies...

La selva

La jungle, « selva » en espagnol, est beaucoup plus calme que la pampa. On se balade à pied, et les animaux se font plus rares et plus difficiles à voir. Ici, pas de petits singes qui viennent vous rejoindre et jouer avec vous, les animaux vivent souvent en haut des arbres, à 25 m au-dessus de nos têtes. En revanche, on voit beaucoup de plantes différentes, dont beaucoup de palmiers et de grands arbres majestueux. Ces plantes étaient, et sont toujours pour certaines, en grande partie utilisées pour différents usages : médecine, peinture, construction, bateaux, alimentation, etc. L’un des cuisiniers qui est venu nous rejoindre lors de notre balade dans la jungle a même utilisé une plante pour des maux de ventre qu’il avait !

Malgré la difficulté de voir des animaux, nous avons tout de même vu pas mal de singes, des cochons sauvages (un troupeau de 100 environ !), des oiseaux, des araignées, un serpent, etc.

Au cours de cette découverte de la jungle, nous avons également préparé notre propre jus de canne à sucre avec une machine indigène qui autrefois servait énormément dans les villages puisqu’il n’y avait pas de sucre en poudre. Aujourd’hui, ces machines sont conservées et utilisées juste pour les visiteurs. Nous avons également pu pêcher un poisson tigre, et devinez qui l’a attrapé ?! C’est Simon évidemment !^^ Je vous rassure, nous l’avons relâché et n’avons pas dû le cuisiner… (ouf !)

Conseils aux voyageurs :

La selva est un très bon endroit pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur les plantes amazoniennes. Selon l’agence et le nombre de personnes dans votre groupe, vous pourrez même choisir votre programme : nous avons eu le choix de passer une ou deux nuits en campement dans la jungle. Le camp avec Mashaquipe était très bien organisé, avec une salle à manger équipée de moustiquaire, une cuisine mais c’est le cuisinier qui vient faire à manger, et des matelas surélevés pour que les bestioles ne puissent pas venir nous embêter la nuit. Il faut par contre porter ses affaires pour la journée, ça ne gênera pas les randonneurs habitués à passer 10 jours en rando avec la tente, pour les autres ça fera les épaules !

La junge dense vers laquelle nous nous dirigeons
Un singe araignée qui se balade d'arbre en arbre
Les cimes des arbres et des palmiers peuvent atteindre jusqu'à 30 m
Les arbres immenses de la forêt amazonienne
Les racines de certains palmiers sont spectaculaires !
Au sol quelques fruits comestibles dont nous avons oublié le nom
Certaines feuilles une fois pressées peuvent faire office de peinture !
En plein atelier de vannerie locale...
... afin de fabriquer un porte bouteille d'eau ! Pratique quand on laisse son sac à dos au campement !
Une fois arrivés au campement, notre cuisinier Darwin nous prépare un bon petit repas !
La salle à manger équipée de moustiquaires
Après un bon repas nous sommes repartis pour une balade nocture au cœur de la jungle pour écouter les bruits des animaux et avec un peu de chance en apercevoir quelques-uns...
Comme par exemple deux phasmes qui en profitent pour se reproduire
Ou encore une petite araignée de la taille d'une main... C'est une araignée Phoneutria, très venimeuse.
C'est reparti le lendemain ! Saurez-vous trouver le perroquet qui se cache ?!
Nous verrons même une jeune couleuvre se cacher rapidement après nous avoir entendu. Ses parents peuvent faire jusqu'à 5 m ...
Les perroquets que nous avons vus en grand nombre
Ces mêmes perroquets creusent des trous dans la roche friable pour nicher
Le lendemain on va chercher notre canne à sucre pour en faire un bon jus bien frais !
La petite machine du village pour presser la canne
Et c'est parti pour la partie de pèche
Le poisson attrapé par Simon ! Qui l'eut cru?! Bon c'est pas un gentil petit poisson, le truc a des dents quand même...

Conseils aux voyageurs :

Pour aller à Rurrenabaque, vous avez 2 possibilités : soit prendre le bus, soit l’avion. Les 2 partent de La Paz. Les bus partent l’après-midi, entre 12h et 15h. Malheureusement, pas de bus cama ou semi-cama. Pas de clim, pas de toilettes, les sièges à peine inclinables… La jungle, ça se mérite ! Nous avons pris la compagnie Yungueña, pour 80 $B par personne. Le départ était initialement prévu à 13h30, nous sommes finalement partis à 14h30 mais nous avons failli rater notre bus car les personnes qui nous avaient vendu les billets nous avaient indiqué un mauvais endroit pour attendre le bus ! Le trajet dure en théorie 18h, nous avons mis 15h30 à l’aller et 14h au retour. Au retour, le bus de Yungueña part à 19h. Le trajet a très mauvaise réputation sur internet, vous lirez tout et n’importe quoi à ce sujet : il faut savoir qu’une nouvelle route a été construite récemment et évite au bus de passer par la fameuse « route de la mort », réservée maintenant aux touristes qui payent pour la descendre en vélo ! Certes, la route longe le ravin une bonne partie du trajet, ça tourne un peu et parfois, la route asphaltée se transforme en piste, mais on n’a pas l’impression d’avoir risqué notre vie.

Les avions coûtent évidemment plus chers mais vous font gagner un temps parfois précieux : avec Amaszonas, vous pouvez acheter les billets en ligne pour environ 500-700$B, il y a des départs en théorie plusieurs fois par jour. A cause de la pluie, des vols peuvent être annulés, retardés, ou…avancés ! C’est arrivé à des voyageuses qu’on a rencontrées… Il y a également des vols avec TAM, la compagnie militaire bolivienne : il y a des vols tous les 2 jours environ, pour environ 400 $B mais vous ne pouvez pas avoir les informations sur internet. Il faut forcément aller en agence. Il y a des agences à La Paz et même une à Rurre, si l’aller en bus vous a dissuadé de faire le retour en bus !

Conseils aux voyageurs :

Il y a beaucoup d’agences à Rurrenabaque, prenez le temps d’en faire quelques-unes pour vous faire une idée de ce qu’elles proposent et des prix. Nous avons choisi Mashaquipe et nous la recommandons fortement ! Cette agence était cependant la plus chère que nous ayons vue. Nous avons passé 2 jours et une nuit dans la pampa et 3 jours et 3 nuits dans la selva, le tout pour 2780$B par personne + les entrées aux deux parcs (200$B pour la selva et 150$B pour la pampa). D’autres agences nous ont proposé le même programme pour 2000 à 2700$B. Nous avons choisi Mashaquipe pour différentes raisons, qui se sont vérifiées :

  • leurs guides sont tous originaires du coin, notamment ceux pour la selva pour laquelle il faut une connaissance du milieu très approfondie pour ne pas se perdre et trouver les animaux
  • ils possèdent leurs propres lodges dans la pampa et dans la selva, ce qui vous évite de vous retrouver au milieu de toutes les autres agences à chaque repas. Non pas que nous ne souhaitions pas voir d’autres personnes, mais c’est tout de même mieux de se retrouver au milieu de la jungle en nombre réduit plutôt qu’avec des cars de touristes…
  • les groupes sont moins grands que dans les autres agences. Là où on peut être maximum 4 à 5 dans la selva avec Mashaquipe, on peut se retrouver à 10 dans d’autres agences. A 10, on fait forcément plus de bruit qu’à 4, pour voir des animaux, ce n’est pas le top. Et si par chance vous croisez un animal, le premier derrière le guide le verra, le deuxième verra la patte arrière droite, et du troisième au dixième, ils courront en vain pour voir quelque chose.
  • Et enfin, ça n’a pas été un critère, mais après coup, c’était très appréciable : chaque repas est préparé dans les lodges par une équipe de cuistots, on se croirait vraiment au restaurant. Nous avons même eu un cuisinier qui s’est déplacé au milieu de la jungle pour nous faire à manger matin midi et soir alors que nous pensions que nous allions préparer un petit plat de pâtes rapide avec notre guide.

    Tant qu’on en est à parler nourriture : on a testé 2 bonnes adresses à Rurre. La 1ère, une pizzeria nommée « La Bella Italia », où on a mangé une très bonne pizza. La terrasse est bondée, il y a plein de touristes et de locaux. La 2ème adresse, juste à côté de l’agence Mashaquipe : une boulangerie tenue par un Français nommée « Panadaria Paris ». Les pains au chocolat sont presque aussi bons qu’en France !

Une vidéo pour résumer ces 5 jours

Voici la vidéo que nous avons faite sur ces 5 jours, pour remercier nos amis qui nous ont permis de nous offrir cette expérience inoubliable ! On est désolés pour la qualité, on ne pouvait pas charger une vidéo plus lourde…

4 Comments on “Rurrenabaque – Amazonie bolivienne

  1. Bien vu Lucie ! Merci de ton aide ! On va vous envoyer la carte bientôt 😉

  2. Coucou, super tous ses animaux surtout les petits singes écureuils qui avez l’air de beaucoup s’amuser de votre présence. Cléo tu avais raison pas besoin de s’encombrer de maquillage il y a tout sur place, très réussi. Simon, très doué pour la pêche, toi qui détestes le poisson très amusant! Continuez à nous faire rêver et rire. Bisous les aventuriers.

  3. Super balade en Amazonie!
    Il s’agit d’un paroare huppé, si je ne me trompe pas!
    On veut une carte, on veut une carte! si c’est nous les vainqueurs (Paul a répondu trop vite pour la 1ère réponse, la huppe n’était pas visible sur la photo…) il faudra qu’on vous donne notre adresse à Linselles.
    Bisous à vous 2!

  4. Superbe article encore une fois!
    Pour l’oiseau, je dirais bien un Pic à tête rouge!