La Terre de Feu et le bout du monde ! L’arrivée à Ushuaia donne un petit goût d’aventure au voyage, et une fois arrivés, on se dit qu’on est bien loin du monde habituel que l’on connaît ! C’est ici que nous avons démarré 3 semaines de randonnées à travers la Patagonie avec Lou et François (à suivre dans d’autres articles) !

Le bout du monde

Bon on ne l’a malheureusement pas rencontré, mais le directeur de la comm’ d’Ushuaia, il est quand même vachement fort le type. Surtout, il est plus fort que son homologue de l’office de tourisme de Puerto Williams, juste en face au Chili. Il arrive à faire croire à tout le monde qu’Ushuaia, et bien c’est le bout du monde. La fin de tout. Plus au Sud, il n’y a plus rien, plus de ville, plus personne. Bon en fait quand on regarde une carte d’un peu plus près, on s’aperçoit que si, il y a quelque chose de plus au Sud. Il y a Puerto Williams, la ville (ou village…) juste en dessous, mais au Chili. Comme quoi, un bon directeur de la comm’, ça peut faire la différence touristiquement parlant…

Passé cet aparté géographique, on a tout de même le sentiment d’être loin de tout lorsqu’on arrive à Ushuaia. Commençons par la visite de ce qui sépare ces deux villes d’Ushuaia et Puerto Williams : le Canal de Beagle.

Le Canal de Beagle

Ce canal forme la frontière naturelle entre le Chili et l’Argentine. Il est très facile de le parcourir à la journée grâce aux nombreuses excursions organisées au départ du port d’Ushuaia. C’est donc à bord d’un petit voilier que nous sommes partis quelques heures à la rencontre des colonies de cormorans et de lions de mer. La croisière nous a amenés jusqu’au phare de l’entrée du canal et également sur la petite île H, dont le nom est dû à sa forme.

Lou, Cléo et François sur le pont parés à affronter le vent !
Les explications de la carte du Canal par le capitaine sur le pont
Le phare de l'entrée du canal de Beagle
Quelques-uns des nombreux cormorans observés durant le voyage
Une colonie de cormorans à la pêche avec Ushuaia en arrière plan
Une fois arrivés près du phare, les quelques îlots voisins accueillent des colonies de lions de mer et de cormorans !
Lions de mer qui passent leur temps à dormir, ou à se grogner dessus

Une fois terminée l’observation des animaux sur les rochers, nous partons donc en direction de l’île H que nous avons pu parcourir à pied.

Conseils aux voyageurs : Toutes les compagnies qui organisent des excursions ont un « bureau » sur le port, juste en face de l’Office du Tourisme. Ce dernier vous a déjà prémâché le travail, en préparant une liste exhaustive des excursions possibles avec les lieux visités, les heures de départ et les prix par personne. On vous conseille donc d’aller d’abord à l’Office du Tourisme pour vous procurer cette liste, et ensuite d’aller voir les 2 ou 3 compagnies qui vous intéressent. Nous avons choisi la compagnie Tres Marias avec son excursion en voilier car nous avions vu de bonnes critiques sur internet et que nous ne voulions pas d’un gros bateau avec cinquante personnes dessus ! Là, nous étions 10 (tous français! Cette compagnie est sûrement recommandée dans le Routard !!) et c’était bien plus sympa. Et surtout, n’oubliez pas de demander une réduction, on a à peine abordé le sujet que la vendeuse nous a enlevé 50 pesos par personne. En 2017, l’excursion la moins chère coûtait 1200 pesos, bien plus que ce qui peut être indiqué dans les guides touristiques car l’inflation est très élevée en Argentine depuis plusieurs années.

Ces boules de végétaux ne grandissent que d'un millimètre par an environ à cause des conditions climatiques difficiles

Ushuaia et le glaciar Martial

Réaliser une croisière sur le canal de Beagle donne l’occasion d’observer la ville depuis l’eau. Un autre point de vue possible, et facilement accessible depuis la ville, est de grimper la montagne (par temps dégagé) vers le glacier Martial qui surplombe la ville ! L’ascension est difficile du fait de la forte pente, mais accessible à tous en adaptant le rythme. Une fois arrivé en haut, on est récompensé par le glacier que l’on peut aller toucher, et par la vue sur Ushuaia encadrée par deux énormes montagnes.

Conseils aux voyageurs : L’ascension jusqu’au pied du glacier est une activité qui peut se faire en une demi-journée facilement depuis Ushuaia (environ 3h de marche aller-retour). Vous pouvez y aller en bus (demandez les horaires à l’Office du Tourisme) ou en taxi (environ 170 pesos depuis le centre). Des taxis attendent en général au pied du chemin de randonnée pour le retour. Pensez à prendre des chaussures de rando ou de bonnes baskets car le chemin est glissant (on a vu une touriste qui s’était foulée la cheville, rapatriée jusqu’en bas en quad, ça ne donnait pas envie!).

La montée était rude, la descente ne l'est pas moins
Le glacier en haut, au bout de la rando !

Parc national Tierra del Fuego

Le parc de la Terre de Feu a constitué l’une de nos premières vraies journées de randonnée en Patagonie : un levé au petit matin, les sandwichs dans le sac à dos (premiers d’une longue tradition patagonienne), les chaussures de rando cirées et lustrées, une vingtaine de kilomètres parcourus, le tout dans un très joli cadre. Le parc est bien préservé, et les sentiers bien tracés. Nous avons eu l’occasion de croiser quelques oies sauvages ainsi que quelques petits aigles.

Le nom « terre de feu » provient du fait que les peuples qui y vivaient initialement entretenaient des feux en permanence, sur terre et même dans leur bateaux, car ils vivaient quasiment entièrement nus et avaient donc besoin de se réchauffer. Depuis les embarcations de premiers explorateurs, cette terre donnait donc l’impression d’être toujours en feu.

Conseils aux voyageurs : pour aller au parc, vous avez là encore le choix entre le bus ou le taxi. Les taxis coûtent entre 200 et 300 pesos pour aller jusqu’à l’entrée du parc (avec le compteur), mais pour rentrer dans le parc, il y a un forfait à 800 pesos. Pour le bus, il faut compter 400 pesos par personne aller-retour. En fonction du nombre que vous êtes, vous choisirez le plus intéressant ! Il y a des bus toutes les heures. Pour le retour en taxi, il faut demander à l’entrée du parc ou au centre des visiteurs dans le parc de vous en appeler un. Nous, on s’est fait déposer dans le parc près du lago Roca et on a fait les petits sentiers le long de la baie Lapataia (1 – 3 – 4 et 5) avant d’enchaîner sur la randonnée le long de la côte (Senda Costera) et de rentrer à pied jusqu’à l’entrée du parc pour récupérer un taxi. Une magnifique journée, surtout si le soleil brille !

Arrivée dans le parc sur une première lagune
Cléo en compagnie d'un petit aigle
Quelques jeunes oies sauvages
Les ravages des castors importés à l'époque par les humains. En créant leurs barrages, les castors ont inondé certaines zones dont les arbres ne pouvaient résister à une telle humidité.
Les côtes du canal de Beagle dans le parc
Passage dans les forêts de lengas

Laguna Esmeralda

La Laguna Esmeralda, ou lagune émeraude, tient son nom de la couleur de son eau. Pour y accéder, nous avons pris un taxi qui nous a déposés au début du sentier de randonnée, à une  vingtaine de kilomètres d’Ushuaia. La randonnée passe à travers une forêt de Lengas, des hêtres blancs très répandus en Patagonie, puis passe par quelques barrages de castors, pour arriver ensuite sur une large plaine qui mène finalement à la lagune : idéale pour se reposer ou pique-niquer !

Conseils aux voyageurs :

La randonnée étant assez facile et très belle, elle est donc bien fréquentée. Il faut compter 4h aller-retour (pauses comprises). Si vous ne voulez pas avoir trop de monde et pouvoir profiter de la laguna un peu au calme, partez d’Ushuaia assez tôt si vous en avez l’occasion. 

Quelques bus vous déposent à l’entrée du sentier. Les horaires et tarifs sont disponibles à l’office de tourisme d’Ushuaia. Pour notre part, étant 3 pour réaliser la randonnée, nous avons pris un taxi qui ne nous est pas revenu plus cher que les bus (550 pesos depuis le centre). Le retour en stop se fait assez bien puisqu’on est sur la route national 3 qui relie Rio Grande à Ushuaia.

Un barrage de castors. Ne cherchez pas, nous n'avons pas vu un seul castor...
Sur le chemin qui longe la rivière issue de la laguna
Et enfin arrivés à la laguna
"Combien de temps pour faire le tour? - Oh 15/20 minutes !" 1h plus tard... Nous étions toujours en train de faire le tour de la laguna !^^
La rivière qui part de la laguna offre une belle vue sur la plaine

Conseils aux voyageurs :

La plupart des excursions à partir d’Ushuaia sont données à l’office de tourisme à l’arrivée. Les guides vous remettront une feuille toute simple sur laquelle sont indiquées toutes les informations sur les activités à réaliser à partir d’Ushuaia : randonnées, excusions en bateau, horaires de bus et de musées, etc. Vraiment très très bonne adresse par laquelle il faut démarrer ! Vous pouvez même y faire tamponner votre passeport « Ushuaia, ville la plus australe du monde », tout en sachant que bon ce n’est pas vraiment la réalité…^^

Il existe quelques lignes de bus publics qui parcourent la ville, mais il n’existe ni plans, ni horaires. On nous a dit à l’office de tourisme qu’il n’y avait pas d’horaires car on ne sait jamais, un bus peut tomber en panne… Notre logement étant excentré, nous avons tout de même dû prendre ces bus. Nous conseillons donc de loger vers le centre car la fréquence des bus est d’environ 1 toutes les 40 minutes, et encore nous avons à plusieurs reprises arrêté d’attendre et marché à la place pour rejoindre notre appartement.

En ce qui concerne la ville en elle-même, elle n’a pas grand intérêt touristique. Ne prévoyez pas une journée à la visiter, vous y passerez déjà bien assez de temps entre chacune de vos excursions !

On n’a aucun restaurant à vous conseiller, on n’en a fait qu’un seul et qui ne vaut pas le détour (la ville d’Ushuaia est vraiment hors-de-prix, si votre budget est limité, prenez absolument un logement avec une cuisine). Avec notre excursion en bateau, nous avons eu un bon pour un chocolat chaud gratuit au café Laguna Negra, sur l’avenue San Martin. Bonne adresse pour venir vous réchauffer les jours gris !