Valparaiso est connue pour ses anciens quartiers construits sur des collines, classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité. C’est d’ailleurs ce qui frappe quand on arrive dans la ville : les innombrables collines (42 selon les guides) qui entourent la très fine bande de terre plate « El Plan », longeant l’océan Pacifique. Cette bande de terre a d’ailleurs été gagnée petit à petit sur la mer. A l’époque où les conquistadores espagnols débarquèrent, il n’y avait que des collines qui se jetaient dans l’océan.

Nous avons posé nos sacs plus d’une semaine à Valparaiso, c’est une ville qui nous a beaucoup plu, par ses magnifiques points de vue, ses vieilles maisons colorées, ses innombrables murales (peintures murales), ses funiculaires et ses trolleys à l’ancienne…

Les cerros et les miradors

Valparaiso est donc constituée de 42 collines, appelées « cerros ». Nous n’avons évidemment pas eu le temps de tous les visiter mais nous en avons parcourus plusieurs, qui sont d’ouest en est :

  • Le cerro Artilleria (qui s’appelle comme cela car c’est là que se trouvaient les canons pour défendre la ville) : en prenant le funiculaire « Artilleria », on arrive sur le mirador du 21 mai. De là, on peut se balader dans le quartier, mais on n’a pas vraiment d’itinéraire à vous recommander. On est redescendus sur le port, il n’est pas très agréable à longer.
Le port de Valparaiso
  • Le cerro Cordillera: c’est là où on logeait. Le funiculaire Cordillera étant en maintenance, il fallait monter à pied ou prendre le funiculaire San Augustin. Dans ce quartier, on trouve de jolis murales (article à venir sur le sujet !) et aussi une des plus belles vues sur la ville selon un de nos guides : dans le musée Lord Cochrane, la terrasse offre en effet une vue sur la baie, les collines en fond et les collines au-dessus, ainsi que sur les cerros les plus connus : Alegre et Concepcion.
Le cerro Cordillera (au 1er plan) et le cerro Artilleria (au fond)
  • Les cerros Alegre et Concepcion: ce sont les cerros les plus touristiques. Ce sont d’ailleurs les 2 seuls cerros classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les maisons sont donc très bien préservées, et possèdent les plus beaux murales de la ville. On y trouve aussi d’excellents restaurants ! Pour mieux découvrir ce quartier, on vous propose une ballade dans le paragraphe « Conseils aux voyageurs ».
Le cerro Alegre vu depuis le cimetière n°1
Cléo, Aïda, Alice et Simon, sur le mirador Yugoslavo
  • Le cerros Miraflores, Carcel (qui se nomme comme cela car on y trouvait la prison de Valparaiso, et prison de dit « carcel » en espagnol) et Florida: ce sont des cerros plus hauts que les autres. L’avenue Alemania les traverse, c’est une avenue presque plate (très rare à Valparaiso !) et qui serpente donc entre les collines. Comme elle est haute, on y a de superbes points de vues depuis les miradors : Plaza Bismark, Cidudad de Camogli, et depuis la maison de Pablo Neruda : « La Sebastiana ».
  • Le cerro Panteon (qui se nomme ainsi d’après le mini-panthéon construit entre les 2 cimetières du quartier) : ce cerro est surtout connu pour ses 3 cimetières. C’est du cimetière n°1 qu’on a les plus belles vues sur la ville.
Alice, Cléo et Aïda, prises en photo dans le cimetière
Vue depuis le cimetière n°1
  • Le cerro Bellavista (« belle vue », c’est plutôt clair comme nom !) : c’est là qu’on trouve le musée à ciel ouvert, qui est une exposition de murales des années 1990. Comment dire… c’est là qu’on a vu les murales les moins jolies !! On se rend bien compte dans ce musée de l’évolution rapide des techniques de street-art. A l’époque, il y avait peu de couleurs, des dessins très simples…comparé aux centaines d’autres murales croisées par hasard dans les rues de Valparaiso, il n’y a pas photo !
Le cerro Bellavista vu depuis le cimetière n°1
  • Le cerro Polanco: c’est là qu’aurait eu lieu un festival de street-art d’Amérique du Sud. On a croisé de jolies murales mais sans plus. Ce qui vaut le détour, c’est l’ascenseur Polanco qui y mène (cf paragraphe sur les funiculaires ci-dessous) et la vue qu’on a depuis le haut de cet ascenseur !
En haut de l'ascenseur Polanco
En haut de l'ascenseur Polanco
  • Le cerro Baron: on l’a visité car on voulait tester le funiculaire Baron, à part le mirador Diego Portales en haut du funiculaire, on n’a rien trouvé d’intéressant.

Conseils aux voyageurs :

Nous avons testé 2 visites guidées gratuites (les guides sont rémunérés au pourboire) :

  • Tour4Tips: rdv sur la plaza Sotomayor à 11h et 15h tous les jours, cherchez les guides avec un tee-shirt rayé rouge et blanc. Visites en anglais et en espagnol. Les guides sont très intéressants ! La visite du matin se concentre plus sur l’histoire du pays et de la ville (nous ne l’avons pas faite), celle de l’après-midi est plus touristique et permet de visiter les cerros Alegre et Concepcion, ainsi qu’un bout d’El Plan. Plus d’infos sur https://tours4tips.com/.
  • Ecomapu / Valparaiso Te Amo: rdv sur la plaza Sotmayor à 12h tous les jours, cherchez les guides avec un tee-shirt vert avec un cœur blanc. Visites en anglais et en espagnol. Les guides sont très intéressants également ! On a visité El Plan, ainsi que Cordillera. Beaucoup d’explications sur l’histoire de la ville, et observations de quelques murales faits par les artistes les plus connus de la ville. Cette association propose également une visite du cerro Playa Ancha du jeudi au dimanche, rdv à 16h plaza Sotomayor. Plus d’infos sur http://ecomapu.com/.

Les 2 sont complémentaires, on ne peut pas dire qu’on en ait préféré une des 2 !

Pour rejoindre l’avenue Alemania, vous pouvez prendre le bus « O » ou « 612 » dans l’avenue Argentina ou l’avenue Francia. Vous pouvez descendre à la Sebastiana et ensuite parcourir l’avenue Alemania à pied pour aller d’un mirador à l’autre !

Et voici donc une balade que l’on vous recommande dans les cerros Allegre et Concepcion, qui vous permettra de relier tous les miradors et de passer devant de nombreux murales : prenez le funiculaire El Peral, passez par le mirador Yugoslavo et remontez la rue Miramar jusqu’au Pasaje Bavestrello que vous descendrez (n’hésitez pas à vous arrêter à la boutique d’alfajores sur votre droite en descendant : même si la porte est fermée, frappez, ce sont les meilleurs alfajores de la ville !). Prenez ensuite à gauche dans le pasaje Galvez, en direction du Paseo Gervasoni, un autre point de vue sur la ville. Prenez ensuite la rue Papudo jusqu’au mirador du Paseo Atkinson. Vous pourrez ensuite remonter la rue Beethoven en direction de l’Eglise Luthérienne (d’où vous admirerez le fameux escalier-piano) et de l’Eglise Anglicane. Puis prenez la rue Almirante Mont et tournez à droite dans la rue Dimalow. Là, vous pourrez prendre le funiculaire Reina Victoria pour descendre (ou descendre à pied !). Arrivés en bas, si vous avez encore un peu de courage, on vous encourage fortement à monter sur votre droite dans la rue Cumming. Vous arriverez, après la plaza El Descanso, dans une des rues les plus joliment peintes de la ville (la rue Atahualpa).

Les funiculaires et le trolley

Les funiculaires font partie du paysage de Valparaiso : il y en a une quinzaine, mais tous ne sont pas en état de fonctionnement ! Au début du XXème siècle, les funiculaires avaient été construits pour aider les habitants à rejoindre leur cerro. Mais au fur et à mesure des années, ils ont vieillis et faute de maintenance, ont dû être fermés. Quand l’Unesco a inscrit certains cerros de la ville au Patrimoine mondial de l’Humanité, il a fallu réparer ces funiculaires car ils étaient une des raisons de cette distinction ! Depuis plusieurs années, la ville a donc commencé un programme de réhabilitation de ces funiculaires. On trouve également un ascenseur parmi ces funiculaires : l’ascenseur Polanco. C’est vraiment étonnant comme expérience car on marche environ 200m dans un tunnel sous terre, et on arrive à une porte d’ascenseur (comme dans un immeuble moderne), et 30 secondes plus tard, on est tout en haut d’une tourelle en bois, en haut du cerro Polanco !

Un autre transport en commun original et qui a été classé par l’Unesco est le trolleybus. Il n’y a qu’une ligne, qui fait le tour d’El Plan (c’est plat !), et la plupart des trolleys ont gardé leur charme d’antan !

Quelques funiculaires !
Le funiculaire Cordillera, avec son escalier en mosaïque
Dans le trolley

Conseils aux voyageurs :

En mars 2017, seuls les funiculaires suivants étaient en état de marche : Artilleria, San Augustin, El Peral, Reina Victoria, Polanco et Baron. Les funiculaires suivants étaient en réparation (fin des travaux en 2018) : Cordillera, Concepcion et Espiritu Santo. Les autres étaient fermés et a priori, les travaux n’avaient pas démarrés. Renseignez-vous à l’office du tourisme en arrivant !

Les funiculaires sont rapides, peu chers (100 pesos la plupart, certains à 300 pesos), typiques et vous évitent des montées laborieuses ! On vous recommande de les utiliser dès que possible !

 

Les marchés et la nourriture

Il y a un marché municipal (Mercado Cardonal) près de la gare routière, sur El Plan (rue Rawson). Très animé et très fourni !

On a aussi testé le marché du mercredi sur l’avenue Argentina : on y trouve de tout, des légumes à la viande, des jouets aux téléphones portables, des fleurs aux œufs.

Et pour ceux qui ne veulent pas se faire à manger, il y a vraiment de nombreux restos, surtout sur Concepcion et Alegre.

Le marché de l'avenue Argentina

Conseils aux voyageurs :

On vous recommande comme restaurants :

  • La Fauna, rue Dimalow (Cerro Alegre) : magnifique terrasse avec vue sur la ville. Un très bon ceviche ! Les plats sont vraiment bien présentés et très bons ! Par contre, on vous conseille de réserver.
  • Le café Vinilo, rue Almirante Montt (Cerro Alegre) : joli patio, et belle salle. On y partage des tapas et des plats typiques. Très bon, par contre les portions ne sont pas énormes.
  • Le café DIN 399, rue Dinamarca (Cerro Panteon) : belle terrasse avec vue sur la ville. On n’y a pris qu’un café mais les plats donnaient envie !
  • El Pimenton, rue Ecuador (Cerro Panteon) : on ne l’a pas testé mais on en a tellement entendu du bien qu’on ne peut que vous le recommander ! Malheureusement, quand on a voulu y aller, il était fermé : il n’ouvre que du jeudi au dimanche.

Quelques bons petits tapas au café Vinilo

Et le reste …

Nous avons visité deux musées : le musée d’histoire naturelle, gratuit et refait récemment : il est très beau et très intéressant pour avoir un aperçu de la faune et de la flore du Chili (très variées, des plaines patagoniennes au désert d’Atacama). Cela nous a permis de voir (empaillées…) certaines espèces que nous avons cherchées en vain lors de nos excursions dans les parcs naturels chiliens : le puma et le pudu (le plus petit cervidé du monde). Et le Parque Cultural, qui rassemble quelques expositions d’art moderne. Le jardin est agréable, les expositions sont rapides (mais c’est gratuit). Quant au musée Pablo Neruda, nous n’avons profité que de son jardin.

Nous avons aussi été là lors d’un incendie forestier important qui a touché les abords de Viña del Mar et de Valparaiso et de deux incendies qui ont touché des immeubles : ces incendies sont malheureusement assez fréquents, et font parfois de nombreuses victimes. Le sujet des incendies forestiers est pris très à cœur par les Chiliens : que ça soit dans les parcs nationaux ou dans les villes, de nombreux affichages et panneaux appellent à la vigilance de chacun. La ville de Valparaiso est particulièrement touchée à cause des vents et de la forêt qui l’entoure, et ces incendies sont souvent difficiles à éteindre à cause du manque de moyen et de la densité des habitations sur les collines. Les pompiers de Valparaiso sont les personnes les plus respectées de la ville, et petite particularité : ce sont tous des pompiers volontaires ! D’après un de nos guides, Valparaiso a eu la 1ere caserne de pompiers volontaires d’Amérique du Sud. Lors de votre séjour à Valparaiso, vous risquez d’entendre les sirènes des camions de pompiers plusieurs fois…

Conseils aux voyageurs : Ce que nous n’avons pas testés mais qui pourraient vous tenter :

Nous avions aussi repéré la visite de la baie en bateau, à 3000 pesos l’aller-retour par personne. Cela permet d’avoir un autre point de vue sur la ville. Il vous suffit de vous rendre au Muelle Prat derrière la plaza Sotomayor. Le bateau ne part que quand il est plein ! Il rejoint le Muelle Baron et fait ensuite demi-tour.

Enfin, nous avions vu qu’il pouvait être sympa de se faire une journée à la plage à Concon (Viña del Mar étant très très touristique, il peut valoir le coup de faire un peu plus de route). Pour cela, il faut prendre le micro 601. Il paraît que la balade le long de la côté entre Concon et Viña est très jolie !

5 Comments on “Valparaiso – En haut de la colline

  1. Hola Cléo, heureux de voir que tout se passe pour le mieux pour toi et Simon… le bonheur se voit dans vos regards! Bonne continuation.
    Michel

    • Merci Michel ! Oui, on se rend compte de la chance qu’on a donc on profite de chaque instant !
      Bon week-end !
      Cléo

  2. Holà Cleo y Simon, vos photos et commentaires nous font rêver, loin du Croisic et de sa météo clemente, où nous sommes en vacances quelques jours. Le 2eme defi nous comble, nous attendons impatiemment le suivant! Vos magnifiques photos ont laissé Léo sans voix. Profitez de vos belles aventures. Besos.
    Coecrit par Léo, Garance, Geneviève et Marie -Hélène

    • Merci les cousins et les tantes ! On espère que vous passez de bonnes vacances !
      On a déjà fait les défis 3 et 4, mais faut qu’on monte les vidéos… Ca ne devrait plus tarder !
      Bises
      Cléo