Se balader à dos de dromadaire dans le désert et  dormir à la belle étoile. Que vous inspire cette phrase ? Nous, on s’est dit que ça pourrait être bien sympa, et quand on a lu que c’était possible à partir de la ville de Bikaner, on a pris nos billets de bus. Si ça vous dit aussi, montez alors sur la charrette, on part pour le désert du Thar !

Safari dans le désert

Bikaner est située aux portes du désert du Thar qui s’étend au Nord-Ouest de l’Inde, dans l’état du Rajasthan. Le désert peut se visiter à partir de deux points principaux : Jaisalmer ou Bikaner. Nous avons choisi Bikaner pour plusieurs raisons : elle est plus simple d’accès, mais plus calme d’un point de vue touristique que Jaisalmer. On y trouve cependant un désert un peu plus peuplé et avec une végétation et une faune assez importantes pour un désert ! Pour le côté faune, on y croise des dromadaires (évidemment), des renards, des lièvres, des gazelles, des aigles, etc. Pour le côté flore, il y a beaucoup de petits arbustes, même des arbres, et des champs qui ne sont exploités que les mois suivant la mousson.

Cléo fière de ne pas tomber lors de sa première montée en dromadaire
On croise quelques habitations avec de grandes esplanades en béton : ce sont les citernes d'eau récoltée durant la mousson !
L'un de nos beaux dromadaires
Entre 12h et 16h la chaleur est telle que tout le monde se repose à l'ombre
Notre guide avec son acolyte surnommé antilope, Yasmina et Thomas nos compagnons de voyage, et Cléo
Le fameux Antilope et son dromadaire
On croisera le matin et le soir surtout de nombreuses antilopes, des aigles, lièvres, renards...
Le soleil se couche sur le désert
Et la lune prend le relais !
On passera une soirée au bord du feu bien sympa avec Emma et Mathilde qui nous auront rejoint pour la suite du safari
Et c'est reparti pour une matinée de dromadaire ! Une première pour Emma et Mathilde. Thomas commence à être un habitué ^^
Dans le désert, tant qu'il y a de la place, on charge...
Et une dernière photo avec l'Antilope !

Conseils aux voyageurs :

La conduite en dromadaire est très simple, en gros le dromadaire va toujours tout droit et de temps en temps, il faut lui « dire » de tourner ou de s’arrêter. Par contre ça fait assez mal aux fesses. On est quasiment directement sur le dos du dromadaire avec une petite couverture entre les deux, et les à-coups de la marche se font vite ressentir. Les 2x2h passées sur le dos du dromadaire nous auront chacun semblé suffisantes et nous avons passé le reste du trajet sur la charrette tirée par l’un des dromadaires bien plus confortable.

Nous sommes passés par la Vinod Guest House pour réaliser le tour d’une journée et demi et une nuit. Nous étions 6 et avons payé chacun 1800 Rs. Le tarif de base est proposé à 2500 Rs par Vinod avec chacun son dromadaire. Pour 1800 Rs nous avons eu :

  • Un guide parlant anglais
  • 3 autres personnes dont les postes attitrés sont normalement 2 chameliers et 1 cuisinier, mais notre guide était aussi cuisinier, et normalement nous aurions dû avoir 1 chamelier et 1 cuisinier seulement
  • 3 dromadaires à monter, et un dromadaire tractant la charrette sur laquelle on pouvait également rester pour les trajets. Nous étions donc au maximum : 3 personnes sur 3 dromadaires, et 7 personnes sur la charrette.
  • Le repas du midi le 1er jour, le repas du soir le 1er jour, et le petit déjeuner le 2ème Tous les repas étant excellents et en quantité bien suffisante.
  • Le transport en 4×4 aller/retour jusqu’au point de départ situé à 30/40km de Bikaner
  • Un arrêt au temple aux rats sacrés, Shri Karni Mata Temple, à Deshnoke mais que nous n’avons pas pu visiter pour cause de sur-affluence un jour de fête hindou
  • 4L d’eau en bouteille par personne pour les deux jours

Pour le logement, nous étions aussi à la Vinod Guest House. Chambres correctes à 350 Rs, sans petit déjeuner et avec eau froide. Demandez plutôt à être dans la maison principale où les chambres sont mieux, il y a internet et où il y a moins de moustiques. Les chambres dans le jardin sont moins bien. On peut y manger matin, midi et soir.

Le fort de Junagarth

Le fort de Bikaner est situé à l’extérieur de la vieille ville et malheureusement cette fois-ci il n’est pas planté sur une jolie colline, il est à plat sur la ville. Malgré ce petit handicap physique, sa visite reste tout de même très intéressante ! Après nos visites des forts de Mehrangarh et d’Amber, nous sommes presque devenus des « experts », reconnaissant par-ci par-là les portes anti-éléphants avec leurs longues piques, les salles des audiences publiques et privées, les empreintes des mains des épouses du maharaja, etc. L’audioguide pour le coup nous en a appris un peu plus sur la ville de Bikaner et son histoire, sur les accords passés par le maharaja avec les Moghols, ou encore sur ce que nous pouvions voir depuis les terrasses du fort.

Les princesses avaient leurs empreintes de mains gravées à l'entrée du fort à leur première arrivée
La déco "sobre" de la salle du couronnement, l'Anup Mahal à gauche, et de la salle des nuages, le Badal Mahal à droite
Simon dans l'une des cours blanches
La salle des conférences du fort où trônait le maharadja
Des touristes indiens qui acceptent la pose pour nous ! On restera quelques minutes à se prendre en photo mutuellement ^^
Et un autre joli couple !
Vue depuis l'une des terrasses. L'enclos carré sur la droite était celui de... L'éléphant royal ! Bah oui, évident !

Conseils aux voyageurs :

La visite du fort coûte 300 Rs, auxquelles il faut ajouter 50 Rs si vous voulez l’audioguide. Nous l’avons pris pour la visite et nous conseillons de le prendre. Bien qu’un peu longuet et moins enjoué que celui du fort de Mehrangarh à Jodhpur, il est bien fait et intéressant.

La ville de Bikaner

La ville de Bikaner est assez étendue et nous n’avons parcouru qu’une petite partie, surtout pour aller visiter le temple de Bhandeshwar, la vieille ville et les marchés. La balade est sympa car il y a beaucoup moins de touristes occidentaux que dans les autres villes du Rajasthan. Les locaux sont alors plus enclins à discuter sincèrement avec nous, sans vouloir nous vendre leurs babioles. Rien que pour ça, la ville vaut le coup d’œil !

Le marché aux tissus et vêtements près de la Kote Gate de Bikaner
Et non loin de là le marché aux fruits et légumes conseillé par Yasmina et Thomas avec qui nous avons fait le voyage dans le désert
Et non loin de là le marché aux fruits et légumes conseillé par Yasmina et Thomas avec qui nous avons fait le voyage dans le désert
Le sérieux des indiens quand ils nous demandent de les prendre en photo
Parce que l'Inde, c'est aussi les vaches : la plupart du temps, on les voit en train de chercher de la nourriture dans les détritus qui jonchent les rues. Elles sont aussi normalement nourries par les fidèles et par leurs propriétaires.
L'intérieur très joliment peint du Bhandashah temple, un temple de la religion Jain
L'intérieur très joliment peint du Bhandashah temple, un temple de la religion Jain
Une autre peinture du temple Jain
Une autre peinture du temple Jain

Conseils aux voyageurs :

Nous ne sommes restés qu’un jour pour visiter la ville. Nous avons marché depuis la Vinod guest house en passant par le temple de Bhandeshwar (le temple Jain), les rues de la vieille ville avec ses fabricants d’objets de cuisine en métal, les quelques vieilles havelis sculptées, pour ensuite rejoindre la porte Kote. Après la porte Kote, sur la droite en sortant de la vieille ville, se trouve le marché aux tissus et aux vêtements, et en poursuivant au fond à droite, on tombe sur le marché aux fruits et légumes. Un peu compliqué à trouver, n’hésitez pas à demander votre chemin. L’après-midi, nous sommes allés visiter le fort et sommes revenus à la guesthouse en rickshaw pour 100 Rs.

Nous avons testé les restaurants Heeralal’s et le resto de l’Ever Green Hotel. Tous deux bons et bon marché. Le Heeralal’s fait un peu plus classe : nappes, eau chaude pour se laver les mains à la fin du repas…

One Comment on “Bikaner – Le désert du Thar à dos de dromadaire

  1. Pingback: Haridwar - Eau glacée, chaleur sacrée