Haridwar est une des villes saintes dans le monde hindou, tout comme Pushkar ou Varanasi. Et c’est la première ville dans laquelle nous avons pu voir le Gange, ce grand fleuve sacré, et les milliers de fidèles venir s’y baigner. Un spectacle impressionnant et fascinant.

La ville entière est structurée autour du Gange et de ses milliers de mètres cube à la seconde d’eau sacrée qui s’écoulent inlassablement. Les ghats, des gros escaliers ou petits gradins, permettent aux pèlerins d’accéder facilement à l’eau. Ils y font de nombreuses activités différentes, la première d’entre-elles étant la baignade sacrée. Elle se pratique tout habillée pour les femmes, et en caleçon ou pantalon pour les hommes. On ne sait pas si c’est dû à la température très basse de l’eau (le Gange à cet endroit n’est pas très loin de sa source dans l’Himalaya…) ou si c’est une tradition, mais nous avons vu tous les Indiens descendre une ou deux marches des ghats pour avoir les genoux dans l’eau, et pour ensuite plonger le corps tout entier rapidement et à plusieurs reprises. On avait froid pour eux, et surtout pour les enfants que leurs parents forçaient à venir se baigner, parfois à coup de ruses bien ficelées… (« Viens prendre une photo dans les bras de Papa » et vlam la tête dans l’eau !) Beaucoup d’Indiens se faisaient aussi raser la tête sur les ghats ou non loin, d’autres venaient s’y promener, etc.

A part ça, la ville est agréable à parcourir. Il y a un simili espace piéton dans la zone menant au ghat principal d’Har-ki-Pairi dans lequel on peut trouver toutes sortes d’offrandes, de bouteilles d’eau pour emporter un peu (ou beaucoup, ça allait jusqu’à 10L…) d’eau sacrée du Gange, de tissus ou vêtements indiens…

Le ghat principal d'Haridwar : Har-Ki-Pairi
Et le même ghat peu de temps après la cérémonie du feu (c'est une cérémonie d'hommage au Gange qui a lieu tous les soirs)
Les torches allumées lors de la cérémonie
Il est bon de toucher la flamme
La vente de poudre colorée, d'offrandes dorées et d'offrandes fleuries flottantes !
La vente de poudre colorée, d'offrandes dorées et d'offrandes fleuries flottantes !
Besoin d'un bidon, d'une bouteille pour récupérer votre eau sacrée ?! Nous avons ce qu'il vous faut !
Tout le monde ne se baigne pas de manière conventionnelle...
On passe chez le coiffeur avant la baignade
Et tout le monde y passe...
Les tableaux un poil kitsch des idoles hindoues
Et l'un des tissus apparemment typique d'Haridwar

Conseils aux voyageurs :

Haridwar a constitué une halte très agréable. La ville est un peu à l’écart des circuits touristiques, et nous n’avons donc croisés que peu de touristes, une dizaine en 2 jours, dont Thomas et Yasmina rencontrés à Bikaner, avec qui nous nous étions donné rendez-vous.

Il y a une cérémonie religieuse du feu tous les jours (en novembre elle débutait à 17h) en face du ghat d’Har-ki-Pairi qui dure une heure environ et qui est intéressante à voir surtout pour le nombre d’indiens qui s’y rendent. Pendant la première demi-heure, il y a beaucoup de chants hindous, cela peut sembler un peu monotone, mais ensuite d’autres chansons enchaînent, des énormes torches sont allumées, des jeunes passent dans les rangs avec des plats à offrandes enflammés, les pèlerins déposent des offrandes dans le fleuve, etc.

En ce qui concerne le logement, nous étions à l’hôtel Thakur Ji proche de la gare et à 20 min à pied des ghats principaux. Bon hôtel à 999 Rs sans petit déjeuner que nous recommandons. Pour le petit déjeuner, nous l’avons pris au Big Ben hôtel non loin de là, bon aussi.

Enfin, nous avons testé un très bon resto, le Hoshiyar Puri. Très bonne cuisine et bon marché.