Yogyakarta est une grande ville qui n’est pas des plus agréables (comme souvent les grandes villes en Indonésie), mais qui permet d’aller visiter 2 temples majeurs à proximité : Borobudur (classé par l’UNESCO) et Prambanan. Le batik, une technique de teinture de tissus est également largement présente et bien mise en valeur dans les différentes ateliers et boutiques que nous avons pu visiter.

La ville de Yogyakarta

La ville de Yogyakarta (« Yogya », prononcé « Djodja », pour les intimes) est donc étendue, très peuplée, il y a beaucoup de circulation et peu de trottoirs : il n’est pas très agréable de s’y balader ! On y a visité le Watercastle, ancien jardin d’agrément du sultan de Yogya. Eh oui, la ville a un statut particulier en Indonésie : elle est gérée par un sultan, contrairement aux autres provinces qui sont gérés par des représentants du pouvoir central de Jakarta (la capitale, où siège le Président). Soyons honnête, on n’est pas tombés sous le charme du Watercastle : vieux, plutôt mal entretenu, et on se demande encore où étaient les jardins parmi toutes ces fontaines en béton !

On a par contre découvert avec plaisir l’artisanat du batik : c’est une technique de teinte des tissus qui vient de Yogya, et qui s’est exportée dans toute l’Indonésie. On a visité une fabrique de batik : Winotosastro. On y est même revenus avec Simon quand on n’était que tous les 2 pour faire un cours d’initiation au batik ! Pour ceux que ça intéresse, on vous donne les détails dans les Conseils aux voyageurs.

Le principe de teinture des tissus est le suivant :

  • On va dessiner une sorte de négatif de ce que l’on veut pour le rendu final à l’aide de cire d’abeille chauffée.
  • Ce négatif est dessiné soit à la main, soit à l’aide d’un tampon, soit les deux. Les parties que l’on ne veut pas teinter sont recouvertes de cire.
  • Une fois l’ensemble du tissu couvert aux endroits voulus, on plonge le tissu dans le colorant. Les parties recouvertes de cire sont protégées et ne vont pas être colorées, alors que le reste va prendre la couleur voulue.
  • On plonge ensuite le tissu dans un bain d’eau bouillante afin d’enlever la cire du tissu.
  • On obtient un tissu à deux couleurs : le motif dessiné est resté blanc alors que le reste du tissu est devenu coloré.
  • On peut obtenir différentes couleurs en répétant l’opération et en colorant le tissu de la plus sombre à la plus claire des couleurs.

On a aussi visité le marché central (Beringharjo), qui permet d’acheter des vêtements en batik à prix réduits ; ainsi que le marché aux oiseaux (pas incontournable).

L'un des bassins du watercastle
L'un des bassins du watercastle
La mosquée souterraine que nous avons galéré à trouver...
Les escaliers de la mosquée
Une ouvrière du Winotosastro qui réalise le dessin à l'aide de son crayon à cire d'abeille
Un motif réalisé à partir d'un tampon avant la teinture
Ce tissu a déjà été teinté une fois ; on peut voir la cire appliquée une seconde fois afin de teinter le tissu avec une seconde couleur ; les parties blanches seront alors colorées de la deuxième couleur
Une série de tampons en cuivre
Une série de tampons en cuivre
Simon qui réalise un motif au tampon
L'écharpe faite par Cléo avant la teinture
... Et pendant la teinture ! La couleur finale est en vert.
On enlève la cire à l'eau bouillante
Un petit ourlet et une étiquette
Emballé c'est pesé !
Quelques oiseaux du marché aux oiseaux
Les jolies cages !

Conseils aux voyageurs :                                          

On est restés 7 nuits à Yogya et on a testé 4 hôtels (2 avec la famille de Simon, 2 quand on n’était qu’à 2). On vous recommande :

  • Aloha hôtel: service impeccable, personnel hyper gentil, petit-déjeuner copieux, grandes chambres, situé au calme mais juste à côté de la rue avec plein de restos de Yogya. Le seul bémol : il n’y a pas de piscine ! On est allés à celle de l’hôtel Pandanaran Prawirotamam (Jalan Prawirotamam), dans lequel on avait dormi la 1ère nuit, et ils ne nous ont pas fait payer quand on a dit qu’on était de l’hôtel Aloha (on ne sait pas si on a eu de la chance…). Sinon, ils proposent aussi un « pack piscine » à 60 000 Rp avec un verre ou quelque chose comme ça inclus si vous n’êtes pas de l’hôtel.
  • Jawajiwa : petite guesthouse très sympa, ouverte récemment par un couple anglo-indonésien. C’est récent, c’est très propre et très joli, c’est très convivial, mais c’est un peu loin du centre. On y est restés après avoir visité ce qu’on voulait à Yogya, mais ce n’est pas idéal pour des touristes qui ne sont là que 2 jours. Ce qui est pratique, c’est qu’ils prêtent des vélos gratuitement, et on est dans le centre en une vingtaine de minutes.

Pour en apprendre plus sur la technique du batik, voire faire un cours d’initiation, on vous recommande la fabrique Winotosastro : les présentations sont gratuites, les cours d’initiation coûtent entre 50 000 et 250 000 roupies selon la taille de tissu que vous voulez teindre (c’est un carré de 30 * 30 cm à 50 000). Vous repartez avec votre tissu à la fin, nous on a trouvé ça très sympa ! Il faut venir le matin pour les cours, il y aura toujours quelqu’un pour s’occuper de vous. La boutique est assez chère par contre. Pour acheter du batik, il vaut mieux aller au marché central ou à la boutique Hamsa située juste en face de ce marché.

Pour les restaurants, on n’a eu des coups de cœur que dans la rue Prawirotamam, qui est remplie de restos :

  • Café Via Via: un café-resto-boulangerie-boutique équitable : notre resto préféré de Yogya. Ca n’est pas fréquenté par des locaux c’est sûr, mais la cuisine est excellente et variée : il y en a pour tous les goûts, européens et indonésiens ! Ça nous a fait du bien après 2 semaines de restos indonésiens ! Et le pain est excellent !
  • Yam Yam: un excellent resto thaïlandais !
  • Tempo del Gelato: pour de très bonnes glaces, avec quelques parfums originaux.

Enfin, pour vous déplacer dans Yogya, on vous recommande Uber ou Grab ! Pour un court trajet en ville, un taxi appelé par notre hôtel nous coûtait 20 000 IDR, un taxi pris dans la rue entre 30 000 et 70 000 selon la négociation, et un Uber/Grab  10 000 IDR. Il faut avoir une carte SIM indonésienne avec internet par contre.

Le temple bouddhiste de Borobudur

C’est un temple magnifique, qui nous a un peu rappelé certains temples d’Angkor. Il est construit en forme de pyramide, et il est réputé pour ses dizaines de cloches en pierre qu’on retrouve sur les derniers étages du temple. Dans toutes ces cloches, on retrouve même des bouddhas sculptés ! Les frises sculptées racontant l’histoire de Bouddha sont très bien conservées. Sur le site, il y a également un petit musée sur le temple et sa conservation.

On l’a visité le matin, après que tous les touristes venus voir le lever du soleil soient partis (on avait déjà dû se lever 2 jours avant pour le lever de soleil sur le volcan Bromo donc on avait passé notre tour pour cette fois) : l’avantage, c’est que c’était très calme et très agréable ! En revanche les couleurs doivent être bien plus belles au lever ou au coucher du soleil.

Borobudur est constellé de Bouddhas qui méditent différentes positions dans des petites loges individuelles
Les couloirs du temple sont sculptés à n'en plus finir
Quand on arrive en haut du temple, on est frappé par la beauté de ces dizaines de stupas devant cette vue panoramique
Un Bouddha est enfermé dans chacun des stupas
Nous 6 devant ces beaux stupas

Conseils aux voyageurs : L’entrée du temple coûte cher (> 300 000 IDR), pensez à vos cartes de réduction (enfants et étudiants) ou au ticket combiné avec Prambanan (520 000 IDR les 2 temples).

Le temple hindouiste de Prambanan

Il est moins connu que Borobodur mais il vaut tout autant le détour, et on peut visiter les 2 la même journée. Nous y étions pour le coucher du soleil. C’est un temple hindouiste donc on retrouve les différents temples pour Shiva, Brahma, Vishnu et ben d’autres divinités !

Les différents temples de Prambanan
Gabriel qui a la côte avec les jeunes filles indonésiennes
Simon et Véronique devant les temples
Simon et Véronique devant les temples
Le soleil se couche sur Prambanan

Conseils aux voyageurs : L’entrée du temple coûte cher (> 300 000 IDR), pensez à vos cartes de réduction (enfants et étudiants) ou au ticket combiné avec Borobodur (520 000 IDR les 2 temples).

Pour y aller, nous avons loué une voiture avec chauffeur via notre hôtel : cela nous a coûté 500 000 IDR la journée pour aller voir les 2 temples.