Le lac Inle est avant tout connu des Birmans comme le grenier du Myanmar. Non pas un grenier à blé comme on en a l’habitude, mais un grenier bien fourni en poissons, tomates fraîches et autres cultures que les habitants font pousser… sur l’eau !

Quelle bonne idée !

Les tomates ont bien besoin d’eau pour pousser, alors pourquoi ne pas utiliser directement l’eau du lac ? Mais pas en construisant un petit système d’irrigation, non, non. Autant faire pousser le tout directement sur l’eau ! C’est la bonne idée qu’ont eu les habitants. On trouve donc sur le lac énormément de jardins flottants, avec comme culture phare, celle de la tomate. Ça nous a un peu fait penser aux îles flottantes du lac Titicaca au Pérou, sauf que là-bas, ils ne faisaient « qu’y vivre » et par endroit y élever un peu de poisson et faire pousser des pommes de terre. Ce qui en soit nous avait déjà paru pas mal…

En parlant de poisson, en se baladant sur le lac on peut y croiser de nombreux pêcheurs mettant en place leurs filets, remontant le poisson… Le tout entouré des montagnes, du lac, et des volutes de brumes au petit matin ! Les pêcheurs ont d’ailleurs une technique très particulière et unique au monde : ils tiennent la rame à l’aide d’une jambe et d’un bras, le tout leur permettant d’avoir les deux mains libres. Précisons que pour faire ceci, ils sont donc en équilibre à un bout de leur bateau, qui n’est pas du type paquebot-hyper-stable, et qu’ils ont dans les mains le filet, un poisson, une clope… Bref, c’est un spectacle d’équilibrisme et de savoir-faire qui vaut le coup !

On peut voir aussi sur le lac des pêcheurs traditionnels, c’est-à-dire ceux qui pêchent avec une large nasse en la plongeant dans l’eau dès qu’ils voient un poisson. Le lac étant très peu profond, 2 à 3 mètres en moyenne, le poisson se retrouve alors enfermé dans la nasse. Malheureusement, ces pêcheurs ne sont aujourd’hui présents sur le lac que pour la pause photo puisque le touriste paye en général plus que le poisson… Alors désolé pour ces quelques photos pas du tout prises sur le vif, mais il faut avouer qu’au coucher du soleil, ça rend tout de même son petit effet !

Les cultures de tomates
Le long des champs de tomates
Le long des champs de tomates
On ramène la récolte en ville pour le marché du jour !
Un vrai pêcheur !
Les pêcheurs-pour-touristes (serait-on des gros poissons?!?) qui posent en échange d'un peu d'argent... ils ne pêchent plus du tout avec ces grandes nasses, ils utilisent des filets comme vous l'avez vu ci-dessus.
Sur le lac, on y vit, on y pêche, et on se lave aussi !

Conseils aux voyageurs :

Pour aller visiter le lac, il vous faudra louer les services d’un chauffeur de bateau. Nous avons trouvé le nôtre depuis notre hôtel, l’Ostello Bello, qui organisait des départs groupés tous les matins. L’organisation est très simple, ils ont des fiches imprimées dans le hall avec plusieurs tours organisés (tour du lac et découverte de l’artisanat, journée vers le lac Sankar, journée vers In Dein, etc.) vous vous inscrivez, et d’autres personnes peuvent s’ajouter pour compléter un bateau jusqu’à un maximum de 5 personnes. Sachant que le prix est par bateau, plus on est, moins on paye. L’ordre de grandeur d’une journée classique sur le lac, 7 à 8h de navigation, est d’environ 25 000 Ks par bateau.
Autre solution : vous rendre directement à l’embarcadère le matin et essayer de vous joindre à un bateau incomplet. Et sinon, rien qu’en vous baladant en ville, vous aurez beaucoup de personnes qui vous aborderont pour vous demander si à tout hasard, vous n’auriez pas besoin d’un bateau pour le lendemain…

Attention, les chauffeurs de bateau sont bien des chauffeurs, et pas des guides… Au mieux, ils parlent anglais. Si vous souhaitez vraiment avoir beaucoup d’informations durant la visite, il vous faudra faire appel à un guide en plus du chauffeur.

Des artisans flottants

Mis à part les jardins flottants, on trouve beaucoup de choses à visiter sur le lac, notamment pas mal de boutiques-ateliers d’artisanat local. Nous en avons visité de trois types différents : une fabrique de cheerots (des cigarettes birmanes), un atelier de tissage, ainsi qu’une orfèvrerie principalement d’argent. Il y a pléthore d’autres fabriques à visiter : ombrelles, pirogues, ateliers de forgerons… Comme nous nous en apercevrons par la suite, l’artisanat au Myanmar est très présent, en général bien mis valeur, et les gens sont contents de montrer leur travail aux visiteurs !

Un atelier de tissage à base de coton, de soie, ou de lotus !
Extraction du fil de la tige de lotus
Et le résultat final !
Une fabrique de cigares et cigarettes, qui peuvent être parfumés à l'anis, à la banane, ...
Des petits paniers en argent fabriqués par des orfèvres, artisans également nombreux sur le lac !
Une fleuriste

Conseils aux voyageurs :

Si vous souhaitez visiter une fabrique en particulier, précisez le bien au début de la journée à votre chauffeur afin qu’il puisse optimiser son trajet.

Une idée plus saugrenue…

Bon là, il faut avouer, celui qui a dit un jour à son groupe de 99 potes :

« Hé, les gars, ça vous dit qu’on prenne un grand bateau type barque-super-étroite-et-pas-stable-du-tout en version 30 m de long, qu’on monte tous dessus à 100, qu’on en mette 10 qui font la fête en hauteur sur le bateau, qu’on embarque 4 ou 5 instruments style gros tambours et gongs, et qu’on rame tous ensemble à une jambe pour accompagner les 4 bouddhas de la pagode Phaung-Daw U ? »

Et bien celui-là, il devait avoir une sacrée force de persuasion car ils sont tous montés sur le bateau, ce qui donne lieu tous les ans en octobre au festival Phaung-Daw U ! C’est un énorme festival qui dure plus de 2 semaines durant lesquelles on voit en effet ces grands bateaux défiler de village flottant en village flottant. Ces bateaux précèdent la barge royale contenant 4 petits Bouddhas dorés. C’est très impressionnant à voir et on se demande encore comment ils font pour ne pas couler avec leurs embarcations !

Les habitants se sont mis sur leur 31 pour l'ouverture du festival !
Les habitants se sont mis sur leur 31 pour l'ouverture du festival !
Des locaux arrivent de partout pour admirer le festival !
Tout le monde attend l'arrivée du festival.
Le 1er bateau arrive !
On a compté plus de 100 personnes sur certains bateaux !!!
Tous en cadence !
Sur certains bateaux, c'est la fête ...
Sur d'autres, un peu moins !
Et voici la fameuse barge royale, qui transporte les 4 petits bouddhas de la grande pagode du lac.
Les petits bouddhas ont été débarqués au sol, tous les participants au festival s'arrêtent dans ce village pour la nuit, et ils repartiront le lendemain matin.

Conseils aux voyageurs :

Renseignez-vous sur internet avant sur la date exacte du festival car elle change tous les ans en fonction du calendrier lunaire. Pour nous, le démarrage est tombé le 21 septembre, jour de pleine lune, et la fin du festival était programmée le 8 octobre. Le lieu du festival change également chaque jour puisque les Bouddhas transportés sur la barge royale naviguent de village en village.

A noter qu’il y a plein de festivals différents sur le lac, comme dans tout le Myanmar : regardez sur internet les différentes dates, vous aurez probablement l’occasion d’en voir un !

Autour du lac…

Enfin, durant la visite du lac, nous nous sommes également arrêtés à quelques monastères et pagodes. La pagode Shwe Inn Tain située à In Dein est la plus surprenante par la quantité de stûpas dorés qu’on peut y voir ! Elle est située au fond d’un passage couvert qui sert de marché où on trouve des marionnettes, des objets en bois, etc.

Un des temples sur le lac, tout en bois et feuilles d'or.
L'école d'un village sur pilotis.
Un très long ponton qui permet d'approcher un village...mais il faudra quand même prendre un bateau pour le parcourir !
Visite d'un monastère proche du lac Sankar, tout au sud du lac Inle, qu'on rejoint en empruntant un "canal" qui relie les 2 lacs entre eux.
Visite d'un monastère proche du lac Sankar, tout au sud du lac Inle, qu'on rejoint en empruntant un "canal" qui relie les 2 lacs entre eux.
Visite du village avec ce moine très accueillant !
Tout le long du canal, on peut voir des stupas, ces pyramides plutôt fines qui ont un rôle religieux pour les bouddhistes.
2017 09 19 - Lac Inle 112
Revenons sur le lac Inle, où on trouve aussi de très jolis temples. Ci-dessus, dans le village d'Indein, où nous avons aussi pu admirer le festival.
Toujours plus de stupas !
Les fidèles sont très nombreux dans le temple, car ils sont venus pour le défilé du festival qui a lieu à côté.

One Comment on “Lac Inle – Pêcher sous la brume matinale

  1. Pingback: Défi n°10 : Le Myanmar