A peine arrivés au Népal, nous sommes partis pour Pokhara, la ville de départ des treks dans le massif des Annapurnas. Nous avions prévu de faire 2 treks : un premier trek avec une agence, dans une zone moins touristique ; et un deuxième trek à 2, sur un circuit très réputé pour un de ses points de vue sur la chaîne des Annapurnas. Dans cet article, on va vous parler du 1er trek : le trek du Millenium.

Présentation du trek

Le trek du Millenium est un trek créé en l’an 2000 (d’où son nom) par quelques agences de trekking de Pokhara : ce trek a pour but d’offrir aux touristes un circuit hors-des-sentiers-battus, en logeant chez l’habitant pour en apprendre plus sur la vie locale et la culture népalaise, et d’offrir à ces habitants une source de revenus supplémentaires. Le trek initial durait 6 à 8 jours, mais il est possible de faire des circuits plus courts ou plus long. Nous avons opté pour un trek de 4 jours, qui permettait notamment de passer par 2 des points culminants du circuit : un belvédère avec une vue magnifique sur les montagnes, et une grotte naturelle avec deux cascades.

Ce trek est vraiment atypique (pour preuve, notre agence ne fait ce trek qu’avec une cinquantaine de personnes par an !), et si nous l’avons choisi, c’est que nous voulions vraiment voir comment vivait la population locale. Nos treks au Myanmar et en Indonésie nous avaient vraiment plu car on avait dormi chez l’habitant, et on voulait donc réitérer l’expérience.

Notre bus local 4*4 pour arriver au début du trek : le trajet peut durer entre 1h et 3h, car il y a certains chargements exceptionnels qui font perdre d'un coup 20 minutes ^^

Des rencontres inoubliables…

Là-dessus, l’agence ne nous avait pas menti : on a été vraiment bien accueillis partout où on allait, toutes les personnes qu’on croisait nous saluait avec un grand sourire et un « Namasté ! » (le bonjour népalais), et les habitants qui nous hébergeaient étaient vraiment adorables et aux petits soins pour nous.

A notre grande surprise, on a toujours eu une chambre privée, avec un vrai lit (on avait toujours dormi au sol dans les treks précédent) et plein de couettes ! Les salles de bain, c’était moins luxe, toilettes turques et bassine d’eau froide pour la douche : ça réveille !

On a toujours mangé chez l’habitant, le soir chez ceux qui nous hébergeaient et le midi dans des villages qu’on traversait. Le menu était assez constant : nouilles aux légumes le midi et daal baht le soir. Le daal baht, c’est LE plat national népalais : il comprend du riz (beaucoup de riz !), une soupe de lentilles mixées, des légumes cuits (souvent des épinards pour nous, c’était la saison), une sauce piquante, et parfois des pommes de terre frites. C’était un plat bien consistant, idéal pour du trekking ! Comme nous le répétait sans cesse notre porteur : « Daal baht power : 24 hours ! ».

Et on a pu observer et même parfois participer à la vie quotidienne : pendant que Cléo allait cueillir les épinards dans le potager, Simon égrenait le maïs avec la grand-mère ; Simon a testé le lancer de millet sur les toits pour le faire sécher et Cléo a essayé de séparer les graines de millet de leur écorce grâce au panier prévu à cet effet ; on a vu comment on préparait le « roksi », l’alcool local (à base de… millet !) et on y a même goûté (bof bof…) ; on a essayé de comprendre le fonctionnement des élections qui occupaient toutes les conversations lors de notre passage (elles avaient lieu 4 jours plus tard) ; on a goûté de nombreux fruits cueillis chez les paysans qu’on a croisés (pamplemousse, clémentines et papaye ) …

Voici un champ de millet : on a fait le trek à l'époque de la récolte du millet, et c'est pour ça qu'on en a vu en train de sécher dans toutes les maisons où on est passé.
On commence le trek par 10 min de marche et... on s'arrête pour prendre un 1er thé ! Et on y croise un ami de notre guide, qui nous invitera à aller prendre un 2ème thé chez lui et à goûter une papaye de son jardin. On sent que ce trek va bien se passer !
Voici... un bulletin de vote ! Et oui, comme les Népalais ne votent que pour la 2ème fois de leur Histoire, ils n'ont pas encore trouvé le système le plus simple. Il y a des dizaines de partis et chacun est représenté par un symbole. Pour voter, il faut mettre un tampon à côté du symbole du parti pour lequel on vote ! Et pour corser le tout, il y a 3 élections en même temps (législatives et locales), à chacune son bulletin de vote ! Alors, vous votez pour le rhinocéros, le ballon de foot ou l'hélico ?!?
On verra de nombreuses ruches dans toutes les maisons qu'on traversera, le miel de l'Himalaya est très réputé !
Simon s'entraîne au lancement du millet, qui est mis à sécher sur les toits !
On marche près d'une heure avec des enfants qui rentrent de l'école, la plupart connaissent quelques phrases en anglais et s'entraînent avec nous !
La voisine de notre 1ère famille d'accueil, avec qui Simon a égrené le maïs.
La grand-mère de notre 2ème famille d'accueil, qui nous avait pris sous son aile, et malgré nos 3 mots de Népalais et ses 0 mots d'anglais, on a passé de très bons moments avec elle !
On est arrivés tout pile au début de l'école, à 10h (certains enfants viennent de loin !) : on a pu écouter les chants (notamment l'hymne national) et observer les quelques exercices de gymnastique qu'ont fait les enfants avant d'entrer en classe.
Dans toutes les maisons, on trouve de nombreux animaux : des chiens, des chats, des chèvres, des poules, et même des vaches !
On est devenus fans des chèvres ! Regardez-moi ces oreilles 😉
Soirée culturelle prévue par l'agence : des habitants du village viennent jouer de la musique et danser avec nous des danses traditionnelles népalaises. On n'était pas très à l'aise au début, mais on a quand même passé une soirée sympa !
En live !
En live !
Un des enfants lors d'une soirée au village qui était bien curieux de l'appareil photo
Notre famille d'accueil la 3ème nuit (bon ok, les colliers de fleurs ça fait un peu trop, mais ils étaient tellement contents de nous les offrir qu'on n'a pas pu les refuser !)

Des paysages incroyables…

Evidemment, quand on pense au Népal, on pense d’abord aux montagnes ! Notre trek se déroulait au Sud-Est du parc des Annapurnas, et comme on a grimpé sur plusieurs collines et qu’on a suivi une ligne de crête pendant une journée, on a pu admirer les montagnes au loin. On était à environ 1000 m d’altitude, et ces géantes mesuraient jusqu’à 8200 m ! Même en étant loin, elles étaient vraiment majestueuses ! Et encore plus au coucher et au lever du soleil : on vous laisse juger sur les photos !

Lors du trek, on a aussi randonné à travers les champs et les rizières, et on a visité la Millenium Cave, une grotte nouvellement découverte (en l’an 2000) dans laquelle se jettent deux cascades.

Les paysages de la 1ère journée de marche : de belles rizières en terrasses parsemées de quelques villages !
Le 2ème soir, on monte à un point de vue pour admirer le coucher du soleil sur les montagnes, un peu cachées par les nuages. Mais on trouve les couleurs magnifiques !
Il y a un temple en haut du point de vue, et plein de cloches !
On remonte au même point de vue le lendemain matin pour admirer le lever du soleil.
L'Annapurna South (à gauche) et le Macchapucchre (ce qui signifie "queue de poisson" en népalais, c'est la montagne en forme de triangle)
Point de vue découvert par hasard par Khem, qui a eu la bonne idée de nous emmener escalader une colline !
Vue sur la vallée le 4ème jour : une vraie mer de nuage ! Heureusement qu'on ne descend pas de ce côté !
C'est de ce côté qu'on descend, et c'est dans le village en bas qu'on va récupérer un taxi pour rentrer !
Et la Millenium cave, habitée par des centaines de chauves-souris.

Et une équipe de choc !

On sait que la réussite d’un tel trek repose beaucoup sur les épaules du guide, et on a eu de la chance, notre guide Khem était excellent ! Il appartenait à l’ethnie Gurung, à laquelle appartenaient tous les villageois qu’on a croisés durant ces 4 jours : il parlait donc le dialecte local et connaissait parfaitement la culture. On avait aussi un porteur, Janam, qui faisait ce trek pour la 1ère fois, et qui était donc très curieux de tout et motivé pour tout, comme nous ! On a passé 4 superbes journées avec eux.

La team au grand complet : Khem (notre guide) à gauche, Simon, Cléo et Janam (notre porteur) à droite.
On a même nos tee-shirts assortis, donnés par l'agence, avec le slogan "Hike more, worry less !".
Khem expliquant à Cléo le trajet qu'on a fait jusque-là.
Janam, toujours souriant et à la recherche de fruits à cueillir : là, c'est une sorte de pamplemousse !
Janam, toujours souriant et à la recherche de fruits à cueillir : là, c'est une sorte de pamplemousse !

Conseils aux voyageurs :

Nous avons choisi l’agence Sisne Rover Trekking, basée à Pokhara, car elle avait d’excellentes revues sur TripAdvisor et qu’elle nous proposait un trek qui correspondait à nos attentes. On vous la recommande à 100% ! Le prix pour ce trek en version 4 jours / 3 nuit était de 325 $ par personne (tout compris : transport, guide, porteur, nourriture, hébergement, permis de trek). C’est sûr que c’est plus cher que de faire un trek sans guide, mais on ne peut pas faire un tel trek dans des villages non touristiques sans guide !

La seule chose à laquelle il faut penser, c’est à emporter des pastilles pour purifier l’eau : comme les villages ne sont pas touristiques, on ne trouve pas toujours de l’eau en bouteille.

One Comment on “Millenium Trek – Balade à travers les champs de millet

  1. Pingback: Le trek de Poon Hill – A la conquête des Annapurnas