Après ces 4 semaines en van, nous nous sommes envolés vers Darwin, capitale du Territoire du Nord. Nous avons loué une voiture pour faire un dernier road-trip, entre les parcs Kakadu et Lichtfield.

Darwin : bienvenue dans le Northern Territory

Darwin est la capitale du Territoire du Nord, mais elle n’a clairement pas la taille de Brisbane ou Sydney ! C’est une petite ville agréable, située sur la côte nord, et avec un climat tropical : alternance entre saison des pluies et saison sèche. Nous étions en juillet, pendant la saison sèche. C’est la saison où il fait le plus frais (elle est appelée « saison froide » par les aborigènes !) mais la température ne descend pas en-dessous de 25°C la nuit. On n’ose pas imaginer ce que ça peut donner en saison humide, avec quelques degrés de plus et une humidité permanente…

Nous avons profité de nos quelques jours à Darwin pour visiter la ville et un musée très intéressant (Museum and Art Gallery of the Northern Territory), pour faire un tour en bateau avec des amis de Lee, notre hôte Airbnb, et surtout pour nous reposer dans la maison et la piscine de Lee. Après 4 semaines de route et de nouveau camping chaque soir, ça faisait du bien de dormir 5 nuits au même endroit ! Nous avons aussi parcouru un marché très sympa, le Mindil Beach Sunset Market, qui a lieu le long d’une plage en fin d’après-midi et qui permet d’acheter de l’artisanat aborigène, d’admirer le coucher du soleil sur l’océan et de manger dans les nombreuses échoppes qui proposent de la nourriture de rue.

La piscine à vague de Darwin (eh oui, avec les crocos et les méduses dans la mer, il est déconseillé de se baigner !)
Le coucher de soleil à Mindil Beach (on se répète, mais qu'est-ce-qu'ils sont beaux les couchers de soleil australiens)
Bon, il faut avouer qu'on n'est pas toujours seuls à les apprécier ^^
Les tableaux aborigènes du musée du Northern Territory
Matinée bateau (+ bière + champagne + fromage + crackers...)
Avec notre super hôte Lee !

Conseils aux voyageurs :

Tout d’abord, on vous recommande le Airbnb où on est allés : Lee est vraiment une super hôte et nous avons adoré notre séjour chez elle ! Elle a aussi une page Facebook. Elle propose 2 chambres de 2 à la location. Si vous n’avez pas encore de compte Airbnb, on peut vous parrainer pour vous permettre de gagner 34€ (et nous 20€ ) : il vous suffit de cliquer ici.

Ensuite, on vous recommande le Museum and Art Gallery of the Northern Territory (qui est gratuit), ainsi que le Mindil Beach Sunset Market. Mais à part ça, Darwin est surtout un bon point de départ pour aller visiter les 2 parcs nationaux qui sont proches : le Kakadu National Park et le Lichtfield National Park. Vous pouvez les visiter en participant à des excursions (1 jour pour le Lichtfield, 2 jours ou plus pour le Kakadu), mais nous avons opté pour la location d’une voiture. Nous avons loué chez l’agence locale Bargain car rental, car elle nous proposait de meilleurs prix que les autres loueurs, et car les locations comprennent 250 km par jour. La majorité des autres agences ne proposent que 100 km par jour, le reste étant en surplus. Pour vous donner une idée, on a fait 1050 km en 4 jours pour visiter le Kakadu et le Lichtfield. Le surplus pour les kilomètres en plus avec les autres agences aurait été important… Si vous vous y prenez à l’avance, louez plutôt un van (par exemple à l’agence Travel Car Center de Darwin : nous avons loué un van avec eux de Sydney à Cairns et nous étions très contents de la prestation).

Kakadu National Park : les terres aborigènes

Le parc national du Kakadu est un des plus grands parcs nationaux d’Australie : on roule plusieurs heures pour aller d’un bout à l’autre ! Nous l’avons trouvé très intéressant (plus que beaucoup d’autres parcs nationaux) car il permet d’en apprendre plus sur la culture aborigène, d’hier et d’aujourd’hui. En effet, les aborigènes (= les habitants d’Australie avant l’arrivée des colons) ont vécu et vivent encore dans ce parc : on pense qu’ils seraient présents sur ces terres depuis plus de 20 000 ans. Et certaines traditions ancestrales (telles que la peinture ou la prévention des incendies par … le feu) perdurent encore aujourd’hui.

Quelques explications sur la prévention des incendies : le parc Kakadu est un parc immense, qui abrite différents types de forêts. Comme toutes les forêts, le feu est leur pire ennemi… mais les aborigènes ont pris l’habitude depuis des centaines d’année de brûler chaque année au début de la saison sèche 30 à 40% du parc. Pourquoi organiser des incendies maîtrisés ? L’administration australienne s’est posée la même question quand elle a récupéré la gestion du parc au XXème siècle. Ils n’ont donc pas brûlé le parc préventivement, et ce qui devait arriver arriva : à la fin de la saison sèche, avec la chaleur étouffante et l’absence d’humidité, d’immenses incendies ont ravagé…70% du parc ! Les incendies préventifs permettent de supprimer les broussailles (qui propageraient le feu), de protéger spécifiquement (en supprimant la végétation autour de ces zones) certaines zones très sensibles au feu comme les forêts tropicales qui mettraient des années à repousser, et de faciliter le passage des aborigènes (notamment lors de la chasse). Bref, ces incendies préventifs et maîtrisés n’ont que des avantages ! Ils sont maintenant organisés conjointement par les aborigènes et les rangers (les gardiens du parc), avec des moyens modernes (hélicoptères, images satellites…). Nous avons visité le parc début août, c’était la fin des incendies préventifs : c’est quand même impressionnant de voir de grands nuages de fumée noire et de passer à côté de braises rougeoyantes !

Et le parc Kakadu est aussi connu pour abriter une importante population de crocodiles :

  • Des crocodiles d’eau douce: les plus gentils ! Ils sont assez petits, et n’attaquent pas les hommes : ils mangent principalement du poisson. Ils ont un museau long et pointu, et vivent exclusivement dans les rivières et lacs d’eau douce. A priori, on ne pense pas en avoir vu.
  • Des crocodiles de mer: les moins sympas ! Ils sont grands (jusqu’à 7m de long), et mangent les hommes. Oui, oui, vous avez bien lu, ils mangent les hommes ! Contrairement aux requins par exemple, qui attaquent les surfeurs en pensant que ce sont des tortues, ils ne se contentent de pas de nous attaquer mais ils nous dévorent aussi. Bref, c’est grâce à ces charmantes petites bêtes que la baignade est strictement interdite dans une grande majorité des lacs et des rivières : eh oui, les crocodiles de mer n’hésitent pas à remonter les cours d’eau et à passer du temps dans de l’eau douce. Il est même déconseillé de s’approcher des cours d’eau où ils pourraient se trouver : ces crocodiles sont de très bons sauteurs, ils ont l’habitude de sauter de 2 ou 3 mètres pour attraper leur proie hors de l’eau. A bon entendeur…

On a appris toutes ces informations sur les aborigènes et les crocodiles lors de visites guidées organisées par les rangers du parc : on en a fait 3, c’était à chaque fois très intéressant !

Les panneaux très engageants quand on arrive sur les aires de camping et de pique-nique !!!
Sur le site de Nourlangie : des peintures qui auraient été faites par les aborigènes il y a plusieurs milliers d'années.
Un des "billabongs" (celui d'Anbangbang), qui sont en fait des lacs qui restent remplis d'eau même durant la saison sèche. C'est dans ces billabongs qu'on peut retrouver de nombreux animaux, dont les fameux crocodiles !
Un cochon sauvage se prélasse dans la boue...
... alors qu'un wallaby profite de l'ombre non loin de là !
Vous le voyez le crocodile ? (un indice : il est plutôt en bas à gauche)
Premier coucher de soleil sur le parc Kakadu
Oh mais qui voilà ?! Il n'a pas l'air commode !
Oh mais qui voilà ?! Il n'a pas l'air commode !
Cahills crossing : c'est par là qu'on accède à Arnhem Land, une zone réservée aux aborigènes pour laquelle il faut demander un permis d'accès !
Balade dans les paysages de pierres du parc
Non loin du passage, on a pu voir un premier crocodile ...
... et un deuxième !
Une des visites guidées par les rangers : il y a du monde mais ça vaut le coup !
D'autres peintures aborigènes, sur le site de Ubirr : ces peintures dateraient d'il y a 2000 ans.
Vue sur Arnhem Land depuis le site d'Ubirr : on attend patiemment le coucher de soleil !
2ème coucher de soleil sur le parc Kakadu
Une zone qui a été brûlée exprès pour éviter de prochains feux !
Dernier arrêt au parc Kakadu : observation des oiseaux dans le Wetland de Mamukala

Conseils aux voyageurs :

Procurez-vous le plan du parc et le planning des activités organisées par les rangers à l’office de tourisme de Darwin, ou aux entrées du parc. On vous recommande vraiment de participer à quelques une des visites guidées organisées par les rangers : ils sont intéressants et passionnés, ces visites permettent d’apprendre beaucoup de chose ! On avait 2 jours et demi pour visiter le parc : on a pu faire 3 visites guidées, et visiter les sites de Ubirr (et Cahills crossing pour voir des crocos), Nourlangie (et le billabong de Anbangbang), les expos au Bowali visitor center et au Warradjan Aboriginal Centre, les passerelles de Yellow water et le Mamukala Wetland.

Le parc est payant (à 40 AUD en juillet 2017), les rangers contrôlent les tickets à l’entrée de certains sites.

Lichtfield National Park : le parc aux cascades

Après 2 jours dans le Kakadu National Park, nous nous sommes dirigés vers le Lichtfield National Park : celui-ci est beaucoup plus petit, et abrite de nombreuses cascades, dont certaines où on peut se baigner ! Et ça faisait du bien après 2 jours dans la poussière et la chaleur du Kakadu !

Dans ce parc, on peut aussi admirer des termitières, il y en a des dizaines, elles sont assez impressionnantes comme vous allez le voir sur les photos ci-dessous.

Les termitières magnétiques
Une termitière cathédrale
Florence Falls
Et les piscines naturelles de Buley Rockhole !
Et les piscines naturelles de Buley Rockhole !
Tolmer falls : c'est magnifique mais interdit de s'y baigner !
Tolmer falls : c'est magnifique mais interdit de s'y baigner !
Des chauves-souris !

Conseils aux voyageurs :

Le parc est gratuit, et le mieux est d’aller à l’office du tourisme de Darwin pour vous en procurer le plan. On vous y indiquera les cascades où on peut se baigner et celles où on ne peut pas (pour les préserver, ou pour cause de risque de présence de nos amis les crocos). Lors de notre passage, nous pouvions nous baigner dans Florence Falls, Buley Rockhole et Wangi Falls. La 1ère est difficile d’accès, très à l’ombre et plutôt bondée : on n’y est pas restés. Par contre, les piscines de Buley Rockhole sont très agréables : il y a de l’ombre, du soleil, plusieurs bassins naturels différents, et en plus, les bus de groupe ne peuvent pas y accéder donc c’est relativement calme ! La piscine de Wangi Falls est la plus populaire, elle est grande, par contre il y a peu d’espace pour se poser autour. Elle est moins agréable que Buley Rockhole.